Sélectionner une page

Artisan Manager

Artisan Manager

La logique industrielle visait le pouvoir d´achat. La logique artisanale visera le pouvoir d´agir !

Bref coup d´œil dans le rétroviseur sur la logique industrielle

Raisonnement métallique: la logique industrielle a largement influencé l´économie moderne

La logique industrielle a largement influencé l´économie moderne et a fabriqué des individus modernes, riches et repus, installés dans un mode de vie plutôt confortable et facile. Cette logique et ce mode de vie ont été possibles grâce à  une croissance soutenue financée par un endettement conséquent des entreprises, des nations et des citoyens pendant plusieurs décennies. Malgré l’aspect volontairement provocateur de cette sommaire présentation socio-économique, l’affirmation peut être facilement mesurée, vérifiée et surtout observée. On assiste en effet sur les trente dernières années à  une hausse quasi constante, dans nos entreprises comme chez nos concitoyens, du pouvoir d’achat, de l’obésité (ou du surpoids) et des temps de loisirs et de divertissements. Bien que riches et repus par le biais (dans tous les sens du terme) de la croissance et de l’endettement, l´individu et l´entreprise modernes commencent à  ressentir une existence triste et vide et leur Terre-Mère est exsangue, pillée, polluée et saccagée. Voilà  une autre affirmation facilement mesurable et observable. En effet, parallèlement au développement de cette logique industrielle couplée à  une croissance forcée et à  un endettement galopant des nations, des entreprises et des individus, on constate une augmentation quasi constante des plans sociaux, de la consommation d’antidépresseurs ou autres stupéfiants et une baisse continue des matières premières non renouvelables à  la surface de la Terre. Le pouvoir d´achat est factuellement en hausse mais il existe un décalage entre les pulsions consommatrices voir même « consumatrices » toujours plus élevées des entreprises et de leurs salariés et les limites que semblent atteindre la logique industrielle. C´est précisément pour résoudre cette inadéquation perpétuelle entre possibilités et limites qu´une autre logique économique est maintenant souhaitable.

La logique industrielle confrontée à  la décroissance de l’intérêt général?

Il plane depuis quelque temps une atmosphère de crépuscule sur cette logique industrielle. Ce crépuscule se caractérise par l´impossibilité croissante de construire un projet collectif  largement rassembleur autour d´une vision commune et structurée de l´avenir. Cette difficulté s´explique essentiellement par faillite de l´intérêt général de moins en moins admis. En effet, l´établissement de règles et de normes se heurte, à  priori, à  des résistances de plus en plus fréquentes. Il y a comme une saturation idéologique par rapport au modèle industriel qui a voulu tout homogénéiser, tout formater ou encore tout écraser. C´est précisément pour cela que l´économie postmoderne ne sera plus une économie industrielle mais plutôt une économie artisanale. Nous y reviendrons. C´est aussi précisément pour cela que la société postmoderne ne sera plus une société mais une mosaïque de tribus. Les visions, les valeurs, les intentions ont changé d´échelle. Elles ne concernent plus une nation entière ou une entreprise dans son ensemble. Les visions, les valeurs et les intentions se fragmentent en tribus qui transforment un ensemble qui se veut homogène (une nation, une entreprise, une organisation) en une mosaïque hétérogène de vision, de valeurs ou d´intentions. Ce mouvement d´indépendance face aux pouvoirs en place est une impatience manifeste par rapport aux promesses de moins en moins tenues des états-nations ou des entreprises industrielles. En réaction, les créatifs culturels (environ 15% de la population aujourd´hui) commencent à  prendre leur destin en main ! La réduction des différences en un modèle de citoyen ou de salarié unique ne fonctionne plus. L´assimilation, l´intégration et l´homogénéisation des salariés dans les grandes entreprises industrielles saturent.

En réaction à  la logique industrielle: la fragmentation du système et les individus

En  réaction, le système se fragmente. Ce mouvement s´accompagne du passage d´un individu moderne attaché à  sa société à  une personne postmoderne aux multi appartenances plus ou moins éphémères et fluctuantes. Les organisations, comme les individus, semblent passer de l´adolescence (tous ensembles, tous pareils) à  l´âge adulte (unique ensemble). Le lien contractuel froid et métallique de la logique industrielle est aujourd’hui´hui largement concurrencé par des liens plus existentiels, originels ou occasionnels qui s´organisent en tribus autour de pactes. Tout se passe comme si on assistait à  un court-circuit entre la voie officielle (la voie hiérarchique ou paternelle imposée) et la voie officieuse (la voix fraternelle ou tribale choisie). Il suffit de constater la vraie vie dans les entreprises comme dans les organisations politiques ou autres pour s´en rendre compte. Quel paradoxe que le réel devienne officieux alors que l’artificiel et le virtuel sont officiels!

Changer de logique pour transcender les limites et les impasses du modèle industriel

Le pillage des ressources non renouvelables, indispensable à  une logique industrielle, rend l’équation très simple: La taille du garde-manger (ressources disponibles) par rapport au nombre de convives (la démographie) fait que la part de chacun diminuera. Cette proportion est vraie pour l’espace habitable, économique, écologique, énergétique etc. Une attitude générale de frugalité et d’intériorité est donc indispensable pour que chacun conserve un espace vital vivable. Nous devrons retrouver de la créativité, de l´autonomie et de la responsabilité pour agir sur notre destin plutôt que de subir cette croissance et cet endettement devenus impossibles et délétères. En tout en dans tout, il faudra passer d’une logique industrielle à  une logique artisanale pour faire plus avec moins! La logique industrielle c´était contrat-argent-hiérarchie.

La logique artisanale pour répondre aux motivations fragmentée des salariés

La logique artisanale se sera passion-intelligence-dépassement. Déjà, des initiatives sont prises dans beaucoup de secteurs économiques pour faire naitre des structures basées sur des réseaux économiques et sociaux autonomes et autofinancées ne visant ni la croissance ni la taille mais visant la valeur ajoutée et la valeur d’usage des produits et des services. Le passage d´une logique industrielle à  une logique artisanale sur le plan économique devra être accompagné humainement d´un retour en force de l´acceptation immanente du destin de chacun, là  où la logique industrielle voulait homogénéiser, planifier et domestiquer le chemin de tous. L´homme moderne devait suivre son droit chemin. L´homme postmoderne devra suivre son sinueux destin et la tribu qui va avec ! A l´époque moderne on voulait se distinguer, se montrer selon une norme universelle. A l´époque postmoderne nous devrons nous retrouver et nous incarner selon notre propre norme, celle de la joie de vivre notre destin à  l´intérieur de notre tribu.

Le pacte versus le contrat pour retrouver l’intention de l’intérêt général

Et puisque nous changeons radicalement de paradigme et de logique socioéconomique force est d’inventer les méthodes, modèles et outils qui devront soutenir ce nouveau paradigme et cette nouvelle logique. La logique industrielle visait le pouvoir d´achat. La logique artisanale visera le pouvoir d´agir. Nécessairement notre système de valeur et sa méthodologie doit évoluer et même radicalement muter. Dans un projet artisanal, il n´y a pas de contrat, il y a un pacte. Ce pacte fait vivre ensemble avec densité (forte liaison) et intensité (expérience forte) sans nous étouffer et en nous faisant reprendre le gout de l´intérêt général et de ceux qui nous entourent. Dans la logique industrielle, on était salarié rattaché hiérarchiquement et mécaniquement. Dans une logique artisanale on est rattaché par vocation, par passion, par expertise. La logique industrielle voulait éradiquer l´imperfection par la domination et l´autorité. La logique artisanale tendra vers la perfection par l´initiation. L´initiation c´est justement se relier à  l´autre en travaillant en réseau par vocation ou passion.

Le manager de demain retrouvera du pouvoir d’agir par une logique de customisation.

73119748Quand il y a saturation idéologique et nous sommes en période de saturation idéologique par rapport à  la logique industrielle, le système de valeur se translate. Un nouveau modèle économique doit  maintenant se mettre en place. Celui du vrai nécessaire, celui de l´acte utile, celui de la qualité durable, celui de la maitrise d´art, celui des échanges de proximité, celui de la responsabilité, celui de la créativité, celui de l´autonomie, celui des réseaux électifs et sélectif  et celui de l’accomplissement personnel.  C´est tout ce nouveau système de valeur qui constitue le cœur de la logique artisanale ou néo-artisanale. La logique industrielle basée sur la croissance et l´endettement et la logique artisanale basée sur l´intelligence, la passion et le dépassement vont se concurrencer.

La logique industrielle continuera de viser le pouvoir d’achat. La logique artisanale visera le pouvoir d´agir avec une âme, un esprit, un cœur et un corps qui enveloppent et qui servent ce qui est réellement précieux.

Articles conseillés

Comment bien vieillir malgré tout?

Comment bien vieillir malgré tout ? Regard décalé sur une certaine Sagesse*. Mieux vaut être en travaux plutôt qu’un produit fini ! Voilà une bonne résolution pour bien vieillir. La caractéristique de ce qui est vivant est de se transformer. Le parti pris de la...

Parfums d’été

Parfums d’été Le management, au fond, c’est réaliser des choses extraordinaires à partir de choses ordinaires grâce à des managers à la fois vrais et hors normes. Six parfums composent l’alchimie de ce type de leadership : un parfum de noblesse dans l’intention, un...

Management des organisations : Réflexion de fond sur le pilotage de la performance

Management des organisations : Réflexion de fond sur le pilotage de la performance En management, comme ailleurs, le problème n'est pas de piloter l’activité à l’aide d’indicateurs clés ou de révolutions technologiques X ou Y. Le vrai problème est de savoir si les...

Peut-on (encore) faire confiance au progrès technologique ?

Peut-on (encore) faire confiance au progrès technologique ? Ce début de XXI siècle est décidément un mélange très tumultueux entre des promesses de progrès inimaginables au XX siècle et des stigmates très persistants du « vieux monde » comme disent certains....

Le management peut-il réinventer l’espace-temps du travail ?

Lieux et liens au travail sont très cloisonnés. Le contrat de travail prévoit un lieu de travail précis mais ne prévoit aucun lien précis entre les personnes sauf des liens hiérarchiques. Le management peut-il réinventer le temps et l’espace économique ?

Dé-chainez-vous !

Dé-chainez-vous, cela fait un bien fou ! La liberté, çà ne se donne pas, ça se gagne… On ne naît pas libre, on n'est pas libre, on le devient et le chemin pour le devenir passe par un difficile et long travail intérieur à mener sur trois voies parallèles : la clarté...

le grand virage des managers

Pourquoi avons-nous besoin de nouveaux managers dans le paradigme en devenir ? La finalité d'une entreprise n'est ni de créer de l'emploi, ni d'enrichir ses actionnaires. La finalité d'une entreprise est de créer de la valeur d'usage et d'enrichir ses savoir-faire....

Management des organisations : Il est temps d’être « politiquement incorrect » !

Management des organisations : Il est temps d’être « politiquement incorrect » ! Technologiquement, on a déjà inventé l’entreprise de demain. Tout le monde peut s’en apercevoir pour le pire et le meilleur. En revanche, humainement parlant, on peine à trouver de...

Sérendipité ou l’art d’avoir de la chance

Sérendipité ou comment saisir les opportunités dans un monde devenu imprévisible ? La sérendipité est un mot à l’histoire singulière. Sur le plan phonétique, il n’a ni le charme ni l’usage commun de son homologue anglais (serendipity). Le sens le plus profond de ce...

Place de l’intuition dans le management des entreprises en période d’incertitude

"Le cœur a ses raisons que la raison ne connaît pas". Cette célèbre citation signifie-t-elle un abandon de la raison, une incitation à une irrationalité ou encore plaide-elle pour un antirationalisme ? Non pas tout du tout. Il ne s'agit pas de cela. Il s'agit juste de...

La FéminiTé, une parfaite illustration des années en Té…qui nous attendent

Chacun le constate au quotidien : Le monde devient turbulent, effervescent voire violent. Nous vivons, irrésistiblement et irréversiblement, le passage d’un monde à un autre. Nous vivons aussi, plus ou moins douloureusement, le passage d’une logique à une autre avec à...

Les big data de la motivation

Big data de la motivation La motivation : un bien précieux en période de saturation La plupart des entreprises et des organisations sont confrontées à  un changement de modèle économique. A ces profonds changements, potentiellement déstabilisants pour les...

(R)évolution des modèles managériaux : Freins et leviers potentiels

(R)évolution des modèles managériaux : Freins et leviers potentiels En management, l’important n’est pas d’exiger mais d’obtenir. Cette nuance doit nous faire réfléchir sur les évolutions à apporter à nos techniques managériales. Cette introduction est d’autant plus...

Intelligence Amplifiée : Va-t-on vers une fusion des cerveaux entre l’Homme et la Machine ?

Intelligence Amplifiée : Va-t-on vers une fusion des cerveaux entre l’Homme et la Machine ? Les nouvelles techniques ne sont ni bonnes ni mauvaises, tout dépend ce que l’on en fait. Au fond, l’utilisation des techniques ne fait que révéler l’humain à lui-même ! Ce...

Le travail et nous en 2021 : Quelques éclairages sur une relation ambiguë

Dans 50 ans, travaillera-t-on encore ? En 1945, 60% de la population était rurale et travaillait dans les champs. Aujourd’hui moins de 2% de la population active est nécessaire pour nourrir les 98% restant. Les progrès techniques, l’automatisation, la mise en place...

2021, l’année en Té ?

2021 sera-t-elle l’année des opportuniTés ? Peut-être ! Alors, petit tour d'horizon de ce qui pourrait nous attendre ! Té comme CompléxiTé  La complexité, parce qu'elle induit de l'imprévisibilité, engendre une incertitude croissante. La seule réponse à cette...

La digitalisation : Une échasse pour une intelligence augmentée ou une béquille pour une humanité diminuée ?

La digitalisation : Une échasse pour une intelligence augmentée ou une béquille pour une humanité diminuée ? Une époque c’est d’abord un contexte technologique ! Comme toujours, l’éthique d’une époque doit se contextualiser au travers de ses révolutions...

Le Kit Spécial Déconfinement pour bien vivre avec le coronavirus et après !

A propos de notre autonomie… Comme dirait l’autre, l’anxiété est l’anticipation de quelque chose qui ne va probablement pas arriver. Nous sommes tous dans cette forme d’incertitude. Personne ne sait quand ni comment ce confinement cessera. Et la société d’aujourd’hui...

Le progrès

C’est quand tout va mal (ou presque)…que nous devons repenser la notion de progrès Une société lassée, désabusée, divisée et fatiguée…mais par quoi au juste ? Le Progrès au fond se résume souvent dans une tentative de libérer l’Homme de ses principales contraintes....

Management des organisations : Ce n’est pas une révolte chef, c’est une révolution !

Management des organisations : Ce n’est pas une révolte chef, c’est une révolution ! Mais qu’est ce qui arrive aux managers ? Sauf exception, plus une entreprise devient grande, plus elle est orientée vers des résultats à court terme, plus elle devient bureaucratique...

MPM TV

Abonnez-vous à notre newsletter