Sélectionner une page

Une nouvelle façon de vivre

La saga de la société postmoderne

Episode 2 : Une nouvelle façon de vivre !

Pour résumer simplement l´épisode 1, disons que la société a changé. Le passage à  la postmodernité émerge sous nos yeux et bouscule le paradigme d’hier. Visibilité réduite, hésitations, déstabilisation, démobilisation et saturation idéologique : tel est le lot commun des gens. Évidemment, ces changements profonds, irréversibles et irrémédiables s´accompagnent d´une nouvelle façon de vivre sa vie et son travail. Six ruptures entre  monde moderne et postmoderne expliquent la transformation en cours de notre paradigme socio-économique. Tentons de les nommer et de mieux les comprendre pour s´offrir une nouvelle grille de lecture sur la façon de vivre sa vie et son activité professionnelle.

La 1ère rupture est le passage d´une pensée rationnelle à  une pensée émotionnelle : L´ère postmoderne sera incarnée par une infiltration du sensible dans la raison. Le tout raisonnable ennuie ou agace. La demande d´émotion est en hausse. Aujourd´hui, on est plus « fan de », que «froidement pour » ou « froidement contre »On a « plus envie de » que « besoin de »On préfère « avoir le sentiment que », plutôt que « d´avoir l´argument pour». Nous sommes passés d´une raison moderne métallique à  une raison postmoderne sensible qui fait coexister des « couples » jusqu´ici conflictuelles : raison/sentiment, nature/culture, travail/loisir. La pensée moderne, essentiellement rationnelle et mécanique, évolue progressivement en une pensée plus organique, plus débridée et plus décomplexée ce qui va ouvrir et offrir de nouveaux modes de vie et de management dans les organisations et les entreprises postmodernes.

La 2ème grande rupture est le passage de « l´effort pour demain » à  « la jouissance ici et maintenant » : le monde moderne comptait durer ; le futur et l’avenir y étaient synonymes de progrès et d’espoir. Dorénavant, ce qui compte le plus, c’est l’intensité de ce que je vis ici et maintenant. Ce rapport différent au temps est lié au sentiment naissant que le futur et l’avenir ne sont plus forcément synonymes de jours meilleurs. Le futur et l´avenir sont même parfois synonymes de précarité et d’incertitude. C´est cette sensation de « potentielle précarité » qui donne envie aux gens de vivre le moment présent avec intensité sans tout miser sur des lendemains très incertains. Comment vivre sans préparer l´avenir ? Miser sur la durée et miser sur l’intensité requièrent des leviers de vie tout à  fait différents, voire opposés, et cette rupture du temps est parfois très déroutante pour les modernes que nous étions ! Et pourtant, cette envie d´intensité qui est en train de monter, devrait, si on arrive à  la renifler, faire naître une nouvelle forme de vitalité socioéconomique durant l´ère postmoderne.

La 3ème grande rupture est le passage d´un mode hiérarchique à  un mode réseau : Dans le monde moderne, les relations étaient hiérarchiques, construites sur des injonctions, base de toutes les relations. Aujourd’hui, cette logique d’injonction devient stérile. Dorénavant, les relations hiérarchiques sont déjà  souvent remplacées par des fonctionnements en réseaux, construites sur des interactions réelles qui transforment « le contrat social » (relation très mécanique entre un “employeur” et un “employé”) en « pacte sociétal » (relation beaucoup plus biologique entre personnes). Le lien sociétal et managérial n´est plus sur le devoir être, il est sur le vivre ensemble. Un contrat est en phase avec des écrits. Un pacte est en phase avec des affects et des humeurs. L´explosion des réseaux sociaux est bien entendu le marqueur le plus flagrant de cette évolution des liens. Seuls les managers qui intégreront ces changements parviendront à  être en phase avec les profils postmodernes.

La 4ème rupture est le passage de la notion d´ « enjeu » à  la notion de « jeu ». Dans le monde moderne, tout était une question d´enjeu. Il y avait les enjeux commerciaux, les enjeux stratégiques, les enjeux professionnels, les enjeux personnels. Ces enjeux répétés et multiples, tous flanqués du culte de la performance, ont fini par émousser et lasser les bons petits soldats. En réaction, la notion de « jeu » pointe le bout de son nez. Malgré la crise ou à  cause de la crise, l´individu n´a jamais autant joué aux jeux de hasard et jamais autant parié sur des sujets divers et variés. La France et les salariés sont en crise, mais la France et les salariés s´amusent, jouent et parient. Le jeu, à  travers les expériences et les émotions qu´il nous fait vivre, est-il un nouveau levier de motivation de vie ?

La 5ème rupture est le passage du déterminisme au relativisme. L´individu moderne était un individu extrêmement déterminé. La notion de progrès continu était la pierre angulaire de la société dite moderne et le moteur de ce déterminisme. Dans le monde moderne, tout était considéré comme urgent et prioritaire afin que « les arbres grimpent au ciel ». Dans les interstices des désillusions politiques et des crises économiques répétées et successives, le mythe du progrès perpétuel a été écorné. Cette contamination des esprits, qui grignote du terrain jour après jour, change en profondeur notre logique sociétale et managériale et est en train de balayer tout le mythe et la puissance du déterminisme en installant, en creux, un certain relativisme. Est-il possible de faire de ce repli, de ce lâcher-prise, un levier de vie pour la société ou un levier de management dans les organisations postmodernes ?

La 6ème et dernière rupture est la transformation de l´individu moderne en personne postmoderne : Dans le monde moderne, on aimait modéliser les gens pour les classer par types ou profils. La démarche était assez aisée car l´individu moderne était assez univoque et principalement guidé par la domestication de la raison. Chez la personne postmoderne s´est creusé des interstices et des creusets qui ne demandent qu´à  se remplir de libertés interstitielles (faille existante entre la réalité vécue et la doctrine officielle) pour faire éclater au grand jour sa pluralité et ses différences. Nous ne sommes plus des individus homogènes aux réactions stéréotypées et parfaitement prévisibles. Nous sommes devenus singulier-pluriel en portant différents « masques » en fonction des situations et des circonstances. Nous avions plutôt appris à  vivre avec des individus modernes qui mettaient des barrières très étanches entre leurs différentes vies, mais nous sommes de plus en plus confrontés à  des personnes  plus insaisissables et plus imprévisibles car vivant plusieurs vies intriquées à  la fois. Si nous voulons passer des pactes gagnants-gagnants avec les différentes vies de cette personne, nous devrons évoluer pour s´ajuster aux différentes facettes de la personne qui est en face de nous !

Ces 6 ruptures entre monde moderne et postmoderne transforment en profondeur le paysage de notre société et en creux le mode de fonctionnement de nos entreprises. Ces 6 ruptures jettent les bases d´une nouvelle raison humaine. Une nouvelle raison aux arcanes parfois bien différents de la raison moderne MPM vous donne rendez-vous la semaine prochaine pour ausculter quelques contours de cette raison postmoderne ! 

Articles conseillés

Management des organisations : Réflexion de fond sur le pilotage de la performance

Management des organisations : Réflexion de fond sur le pilotage de la performance En management, comme ailleurs, le problème n'est pas de piloter l’activité à l’aide d’indicateurs clés ou de révolutions technologiques X ou Y. Le vrai problème est de savoir si les...

Peut-on (encore) faire confiance au progrès technologique ?

Peut-on (encore) faire confiance au progrès technologique ? Ce début de XXI siècle est décidément un mélange très tumultueux entre des promesses de progrès inimaginables au XX siècle et des stigmates très persistants du « vieux monde » comme disent certains....

Le management peut-il réinventer l’espace-temps du travail ?

Lieux et liens au travail sont très cloisonnés. Le contrat de travail prévoit un lieu de travail précis mais ne prévoit aucun lien précis entre les personnes sauf des liens hiérarchiques. Le management peut-il réinventer le temps et l’espace économique ?

Dé-chainez-vous !

Dé-chainez-vous, cela fait un bien fou ! La liberté, çà ne se donne pas, ça se gagne… On ne naît pas libre, on n'est pas libre, on le devient et le chemin pour le devenir passe par un difficile et long travail intérieur à mener sur trois voies parallèles : la clarté...

le grand virage des managers

Pourquoi avons-nous besoin de nouveaux managers dans le paradigme en devenir ? La finalité d'une entreprise n'est ni de créer de l'emploi, ni d'enrichir ses actionnaires. La finalité d'une entreprise est de créer de la valeur d'usage et d'enrichir ses savoir-faire....

Management des organisations : Il est temps d’être « politiquement incorrect » !

Management des organisations : Il est temps d’être « politiquement incorrect » ! Technologiquement, on a déjà inventé l’entreprise de demain. Tout le monde peut s’en apercevoir pour le pire et le meilleur. En revanche, humainement parlant, on peine à trouver de...

Sérendipité ou l’art d’avoir de la chance

Sérendipité ou comment saisir les opportunités dans un monde devenu imprévisible ? La sérendipité est un mot à l’histoire singulière. Sur le plan phonétique, il n’a ni le charme ni l’usage commun de son homologue anglais (serendipity). Le sens le plus profond de ce...

Place de l’intuition dans le management des entreprises en période d’incertitude

"Le cœur a ses raisons que la raison ne connaît pas". Cette célèbre citation signifie-t-elle un abandon de la raison, une incitation à une irrationalité ou encore plaide-elle pour un antirationalisme ? Non pas tout du tout. Il ne s'agit pas de cela. Il s'agit juste de...

La FéminiTé, une parfaite illustration des années en Té…qui nous attendent

Chacun le constate au quotidien : Le monde devient turbulent, effervescent voire violent. Nous vivons, irrésistiblement et irréversiblement, le passage d’un monde à un autre. Nous vivons aussi, plus ou moins douloureusement, le passage d’une logique à une autre avec à...

Les big data de la motivation

Big data de la motivation La motivation : un bien précieux en période de saturation La plupart des entreprises et des organisations sont confrontées à  un changement de modèle économique. A ces profonds changements, potentiellement déstabilisants pour les...

(R)évolution des modèles managériaux : Freins et leviers potentiels

(R)évolution des modèles managériaux : Freins et leviers potentiels En management, l’important n’est pas d’exiger mais d’obtenir. Cette nuance doit nous faire réfléchir sur les évolutions à apporter à nos techniques managériales. Cette introduction est d’autant plus...

Intelligence Amplifiée : Va-t-on vers une fusion des cerveaux entre l’Homme et la Machine ?

Intelligence Amplifiée : Va-t-on vers une fusion des cerveaux entre l’Homme et la Machine ? Les nouvelles techniques ne sont ni bonnes ni mauvaises, tout dépend ce que l’on en fait. Au fond, l’utilisation des techniques ne fait que révéler l’humain à lui-même ! Ce...

Le travail et nous en 2021 : Quelques éclairages sur une relation ambiguë

Dans 50 ans, travaillera-t-on encore ? En 1945, 60% de la population était rurale et travaillait dans les champs. Aujourd’hui moins de 2% de la population active est nécessaire pour nourrir les 98% restant. Les progrès techniques, l’automatisation, la mise en place...

2021, l’année en Té ?

2021 sera-t-elle l’année des opportuniTés ? Peut-être ! Alors, petit tour d'horizon de ce qui pourrait nous attendre ! Té comme CompléxiTé  La complexité, parce qu'elle induit de l'imprévisibilité, engendre une incertitude croissante. La seule réponse à cette...

La digitalisation : Une échasse pour une intelligence augmentée ou une béquille pour une humanité diminuée ?

La digitalisation : Une échasse pour une intelligence augmentée ou une béquille pour une humanité diminuée ? Une époque c’est d’abord un contexte technologique ! Comme toujours, l’éthique d’une époque doit se contextualiser au travers de ses révolutions...

Le Kit Spécial Déconfinement pour bien vivre avec le coronavirus et après !

A propos de notre autonomie… Comme dirait l’autre, l’anxiété est l’anticipation de quelque chose qui ne va probablement pas arriver. Nous sommes tous dans cette forme d’incertitude. Personne ne sait quand ni comment ce confinement cessera. Et la société d’aujourd’hui...

Le progrès

C’est quand tout va mal (ou presque)…que nous devons repenser la notion de progrès Une société lassée, désabusée, divisée et fatiguée…mais par quoi au juste ? Le Progrès au fond se résume souvent dans une tentative de libérer l’Homme de ses principales contraintes....

Management des organisations : Ce n’est pas une révolte chef, c’est une révolution !

Management des organisations : Ce n’est pas une révolte chef, c’est une révolution ! Mais qu’est ce qui arrive aux managers ? Sauf exception, plus une entreprise devient grande, plus elle est orientée vers des résultats à court terme, plus elle devient bureaucratique...

Employabilité : Prêt pour le monde d’après ?

Employabilité : Prêt pour le monde d’après ? La crise du coronavirus accélère la mutation du marché du travail En termes d’employabilité, le sujet du télétravail a sans aucun doute dominé les débats ces derniers temps mais il n’est au fond que l’écume du vrai sujet....

Le monde d’après : Une promesse éternelle une fois encore recyclée ?

Le monde d’après : Une promesse éternelle une fois encore recyclée ? La sidération de l’ensemble des gouvernements mondiaux devant la pandémie du coronavirus a mis en lumière deux choses inerrantes à l’économie mondialisée dans laquelle nous baignons. La première de...

MPM TV

Abonnez-vous à notre newsletter