Sélectionner une page

Quelle promesse pour la société de demain ? Business case pour la campagne présidentielle !

samedi 4 décembre 2021

Notre recherche de liberté se retrouve (provisoirement) dans une impasse !

Depuis la chute du mur de Berlin, un vent de (soi-disant) liberté souffle sur le monde et ce vent est incarné par le marché d’une part (la liberté économique) et la démocratie d’autre part (la liberté sociale). Cette grille de lecture se heurte à deux contradictions majeures qui cristallisent la plupart des mécontentements socioéconomiques actuels :

  1. Le marché est mondial et la démocratie est locale : ce décalage de niveau amène les tensions et les replis nationaux que l’on connait actuellement
  2. La liberté c’est le droit de changer d’avis (économiquement c’est le CDD à la place du CDI, socialement c’est l’explosion des divorces, politiquement c’est l’alternance et l’abstention, philosophiquement c’est des croyances éphémères et successives…) avec bien évidemment la dose de précarité et la dose de déloyauté accompagnant cette liberté de changer d’avis

A l’évidence, notre futur sera dépendant de notre aptitude collective à dépasser et transcender ces deux contradictions.

Revenons un peu en arrière pour mieux comprendre ce qui nous arrive !

Les trois convictions fortes et fondatrices de nos sociétés occidentales sont issues du siècle des « Lumières » qui fonda la modernité. La première de ces trois convictions est la pratique de la tolérance (universalisme et relativisme). La seconde repose sur la recherche du bonheur (eudémonisme et hédonisme), la troisième étant la certitude que le progrès matériel entraînera le progrès moral de l’humanité (matérialisme et progressisme donc). En 2021, il faut être aveugle ou insensible pour ne pas voir que les « Lumières » au mieux clignotent au pire se sont éteintes et qu’il faudra bien retrouver d’autres convictions fondatrices pour inventer la société de demain. En réponse à des époques révolues, trois courants émergent dans notre société :

  1. La force sécuritaire qui tend à s’enfoncer, la tête dans le sable, pour rallonger la survie de toutes les institutions politiques, économiques et sociales pourtant dépassées : C’est la voie de l’hyper-modernité.
  2. La force réactionnaire qui tend à imposer un retour en arrière nostalgique ou utopique (populisme, extrémisme, moralisme…) : C’est la voie de l’anti-modernité.
  3. La force évolutionnaire qui tend à promouvoir le nouveau monde du nouveau paradigme qui est en train de naître : C’est la voie de la post-modernité.

Ces trois courants traversent la société en la divisant et en la clivant bien plus qu’en la rassemblant.

Nous sommes en réalité « cisaillés » par une société éclatée !

Ces trois courants, parfois très antagonistes, expliquent aussi les différents problèmes rencontrés dans le management de la société d’aujourd’hui. Le premier problème est pour les politiques. En effet, la société ne veut plus être un simple objet ballotée de droite à gauche au fil des élections. La société se rêve aujourd’hui en vrai sujet en revendiquant d’avoir « voix au chapitre ». Mais un problème peut en cacher un autre ! En effet, en étant divisée, éclatée et laminée dans ses intentions, la société n’a pas (encore?) de « projet commun » et encore moins de « trajet commun » pour construire et avancer une alternative crédible face aux politiques. Cette absence d’intention collective de la part des politiques et de la société pour se fédérer autour d’un projet et d’un trajet commun aboutira à une inéluctable communautarisation de la société et satellisation de la politique pour le pire comme pour le meilleur…A moins que !

Une nouvelle hiérarchie se met tranquillement en place !

A l’évidence, notre époque nous réinterroge sur un point quelque peu oublié : En effet, il est peut-être temps de se rappeler que pour bien vivre ensemble, il est nécessaire de partager collectivement une certaine idée de ce qui est juste. Or, même si la majorité des gens conserve un fond pacifique, nous avons de plus en plus de mal collectivement à partager une vision commune de ce qui est juste, ce qui a pour conséquence de saper les fondements de notre idéal sociétal. En réaction à ces fondements qui se dérobent, la colère, le repli, la haine, la frustration, le dégagisme, bref, les états d’âme prennent le pouvoir et dessinent une hiérarchie des valeurs entre :

  • Les valeurs dominantes qui concernent la proximité affective (Confiance, Amitié, Amour, Famille…etc.)
  • Les valeurs importantes qui concernent la proximité active (Solidarité, Travail, Courage, Lien…etc.)
  • Les valeurs secondaires qui concernent tout ce qui parait lointain (Institutions, Autorité, Etat, Syndicats…etc.)

Il y a dans cette nouvelle hiérarchie tous les maux (mais aussi peut être tous les mots) de la société de demain. Une chose est certaine, l’avenir n’est jamais un « retour à »…. En effet, quand un nouveau paradigme nait, il n’efface jamais totalement l’ancien, il se contente de le satelliser, de le périphériser.

Quels sont les collatéraux obligatoires pour vivre ensemble ?

Si l’avenir n’est jamais un retour à, il est donc toujours à inventer, sans table rase, sans amnésie, sans rejet de l’histoire mais toujours en faisant émerger quelque chose de neuf en phase avec son temps ! Le XXème siècle puis le début du XXIème a vu la faillite de presque toutes les institutions (l’église, l’état, le régalien, l’école, la famille…etc.). Face à ce grand désarroi, la société civile est en train de divorcer de la classe politique (par rejet des promesses éternelles), de la classe patronale (par rejet d’une employabilité éphémère) et de la classe académique (par rejet des diplômes dépassés et inutiles). Comme toujours, les périodes d’évaporation (perte de sens) et de re-concentration (regain de sens) se succèdent. Nous vivons la fin d’une période d’évaporation politique, économique et philosophique. Une période de re-concentration s’ouvre donc avec ses opportunités et ses changements. Sans projet collectif fort, toute société est à la merci de communautés (même très petites) déterminées à affirmer, voire à imposer, leur identité tranchée et leur vocation forte. C’est pour cela que chacun doit être vigilant !

Pour conclure…

Au XXème siècle, peut-être par orgueil, la grande idée sociétale c’était réussir dans la vie ! Au XXIème siècle, surement par modestie, la grande idée sera réussir sa vie ! Ce n’est pas du tout la même problématique…Ne nous étonnons donc pas des changements émergeant sous nos yeux…même si réussir sa vie ne répond pas à l’évidence à une recette universelle. Il y a aujourd’hui deux grandes conceptions possibles de notre société : On peut la voir comme un lieu de la préservation des droits individuels ou comme un lieu de la construction des devoirs collectifs. A partir de ces deux représentations, notre société doit-elle devenir un lieu  d’ajustement mutuel minimal ou un lieu d’épanouissement authentique pour chacun ? Autrement dit, des deux propensions à la distinction et l’intégration, laquelle doit-elle être amplifiée et laquelle atténuée ? De cette réponse (certainement politique) dépendra le prochain curseur entre sécurité collective et liberté personnelle. Vivre-ensemble, c’est vivre quelque chose ensemble et non pas simplement cohabiter !

Articles conseillés

Quelques lignes de bonheur pour les managers en 2022

C’est un fait, les managers les plus impactants passent plus de temps sur le pour-quoi (finalité ou causalité des choses) que sur le comment (modalités des process ou autres). Cela signe la quête de #sens dont toute motivation se nourrit. Alors pour aimer son job de...

Management des organisations : Regard critique sur l’engagement des équipes

En management comme ailleurs, le confort endort ! On le sait tous, le confort est un matelas sur lequel on s’endort alors que la contrainte est souvent  un ressort sur lequel on rebondit. Cette réalité explique que l'intelligence collective s'exprime surtout face aux...

Management, planification et synchronisation : La valse à 3 temps

Plus un système devient complexe et moins il devient prédictible dans le temps. C’est le point commun entre la météo (le temps est de plus en plus incertain) et le management des organisations (prévoir ce qui va se passer dans le temps est de plus en plus difficile)....

Sociologie : Quelques exemples d’évolution des valeurs sociétales

De l’unité à l’unicité : le management de nos vies change de finalité Dans la société, comme dans les entreprises, le polythéisme des valeurs est de plus en plus patent. A l’unité d’hier se substitue en tout et partout l’unicité. Dit autrement, les blocs homogènes se...

Et si nous acceptions enfin l’incertitude !

Nous vivons dans un monde CIA - Complexe, Incertain et Ambigu et c’est pour cela que notre niveau de maitrise devient très relatif. Cette incertitude peut aller jusqu’à la peur : La peur de manquer, la peur de l’étranger, la peur du déclassement, la peur de...

Vers un changement de paradigme des compétences

      Le management des compétences navigue aujourd’hui entre tension et crispation. Le rêve de toute organisation dans une période de changements est de voir une vraie rupture dans la façon de faire et dans la façon d’être de ses collaborateurs. Ce...

Comment bien vieillir malgré tout?

Comment bien vieillir malgré tout ? Regard décalé sur une certaine Sagesse*. Mieux vaut être en travaux plutôt qu’un produit fini ! Voilà une bonne résolution pour bien vieillir. La caractéristique de ce qui est vivant est de se transformer. Le parti pris de la...

Parfums d’été

Parfums d’été Le management, au fond, c’est réaliser des choses extraordinaires à partir de choses ordinaires grâce à des managers à la fois vrais et hors normes. Six parfums composent l’alchimie de ce type de leadership : un parfum de noblesse dans l’intention, un...

Chef, digitalise-moi

Chef, digitalise-moi ! L’Homme est devenu le maillon faible de son espace-temps Le digital est une révolution technologique et un tsunami managérial. Pour la première fois de son histoire, l’homme est en effet devenu le maillon faible de son espace-temps. Ce n’est...

Management des organisations : Réflexion de fond sur le pilotage de la performance

Management des organisations : Réflexion de fond sur le pilotage de la performance En management, comme ailleurs, le problème n'est pas de piloter l’activité à l’aide d’indicateurs clés ou de révolutions technologiques X ou Y. Le vrai problème est de savoir si les...

Peut-on (encore) faire confiance au progrès technologique ?

Peut-on (encore) faire confiance au progrès technologique ? Ce début de XXI siècle est décidément un mélange très tumultueux entre des promesses de progrès inimaginables au XX siècle et des stigmates très persistants du « vieux monde » comme disent certains....

Le management peut-il réinventer l’espace-temps du travail ?

Lieux et liens au travail sont très cloisonnés. Le contrat de travail prévoit un lieu de travail précis mais ne prévoit aucun lien précis entre les personnes sauf des liens hiérarchiques. Le management peut-il réinventer le temps et l’espace économique ?

Dé-chainez-vous !

Dé-chainez-vous, cela fait un bien fou ! La liberté, çà ne se donne pas, ça se gagne… On ne naît pas libre, on n'est pas libre, on le devient et le chemin pour le devenir passe par un difficile et long travail intérieur à mener sur trois voies parallèles : la clarté...

le grand virage des managers

Pourquoi avons-nous besoin de nouveaux managers dans le paradigme en devenir ? La finalité d'une entreprise n'est ni de créer de l'emploi, ni d'enrichir ses actionnaires. La finalité d'une entreprise est de créer de la valeur d'usage et d'enrichir ses savoir-faire....

Management des organisations : Il est temps d’être « politiquement incorrect » !

Management des organisations : Il est temps d’être « politiquement incorrect » ! Technologiquement, on a déjà inventé l’entreprise de demain. Tout le monde peut s’en apercevoir pour le pire et le meilleur. En revanche, humainement parlant, on peine à trouver de...

Sérendipité ou l’art d’avoir de la chance

Sérendipité ou comment saisir les opportunités dans un monde devenu imprévisible ? La sérendipité est un mot à l’histoire singulière. Sur le plan phonétique, il n’a ni le charme ni l’usage commun de son homologue anglais (serendipity). Le sens le plus profond de ce...

Place de l’intuition dans le management des entreprises en période d’incertitude

"Le cœur a ses raisons que la raison ne connaît pas". Cette célèbre citation signifie-t-elle un abandon de la raison, une incitation à une irrationalité ou encore plaide-elle pour un antirationalisme ? Non pas tout du tout. Il ne s'agit pas de cela. Il s'agit juste de...

La FéminiTé, une parfaite illustration des années en Té…qui nous attendent

Chacun le constate au quotidien : Le monde devient turbulent, effervescent voire violent. Nous vivons, irrésistiblement et irréversiblement, le passage d’un monde à un autre. Nous vivons aussi, plus ou moins douloureusement, le passage d’une logique à une autre avec à...

Les big data de la motivation

Big data de la motivation La motivation : un bien précieux en période de saturation La plupart des entreprises et des organisations sont confrontées à  un changement de modèle économique. A ces profonds changements, potentiellement déstabilisants pour les...

(R)évolution des modèles managériaux : Freins et leviers potentiels

(R)évolution des modèles managériaux : Freins et leviers potentiels En management, l’important n’est pas d’exiger mais d’obtenir. Cette nuance doit nous faire réfléchir sur les évolutions à apporter à nos techniques managériales. Cette introduction est d’autant plus...

MPM TV

Abonnez-vous à notre newsletter