Sociologie du changement : il est où le problème ?

jeudi 13 juillet 2017

Sociologie du changement : il est où le problème ?

MPMLe management du changement : une promesse éternelle ?

Restons simple et lucide pour commencer : Le management du changement ne pose à priori aucune difficulté quand la différence entre l’avenir et le présent est comprise comme un progrès résultant de l’action collective et individuelle. C’est d’ailleurs cette projection d’un avenir encore plus prometteur que le présent qui déclenche la mobilisation puis l’action donc le cheminement puis le changement. Le hic dans cette belle histoire est que le bilan des promesses n’est pas bon. De mémoire d’Homme, le progrès (comprendre les promesses) se résume souvent dans une tentative de nous libérer de nos principales contraintes. Il suffit de se repasser le film pour le constater : Successivement, nous avons tenté de nous libérer de Dieu par la laïcité, de la fatigue par la technologie, de la réalité par l’idéologie, des inégalités par la justice sociale, du risque par le principe de précaution, de l’ennui par le ludique et le divertissement. A chaque époque, les chemins furent parfois douloureux, souvent aventureux, toujours incertains.

Les contreparties : le problème du management du changement ?

Sans nier les aspects positifs de ces tentatives de libération, nous sentons bien que les progrès (donc les promesses) n’ont jamais vraiment été à la hauteur des espoirs initialement soulevés. C’est donc fort logiquement que notre foi dans le progrès s’essouffle (voire parfois nous étouffe, nous y reviendrons) en engloutissant au passage notre foi dans le management du changement. Il est vrai que quand on parle de changement, il est quand même permis de se poser la question de quel changement parle-t-on quand on constate, par exemple :

  • Qu’à l’allongement de la durée de vie répond une certaine tristesse de la vie
  • Qu’au règne de la quantité répond la perte de qualité
  • Qu’à la montée des richesses matérielles répond une certaine misère existentielle
  • Qu’à l’hypertrophie technique répond une atrophie humaine
  • Qu’à l’inflation de justice sociale répond une certaine déflation de justesse sociétale
  • Qu’à la multiplication des plaisirs artificielles répond une éradication bien réelle de la joie de vivre

Le management du changement a changé d’échelle…et c’est bien ça le problème !

Toutes ces constatations, tous ces doutes, ont rendu partout et en tout, plus difficile le management du changement. Cela est vrai pour une nation socialement, pour une entreprise économiquement. Les visions, les valeurs, les intentions ont changé d´échelle. Elles ne concernent plus une nation ou une entreprise dans son ensemble mais un groupe d´individu, une communauté, un clan ou encore une minorité à l´intérieure de la nation ou de l´entreprise. Ce changement d´échelle répond à un saut de complexité sans précédent d´une société devenue à la fois hyperconnectée, rebelle et débridée. Ce mouvement d´indépendance face à la norme ou à l’autorité témoigne d’une impatience manifeste par rapport aux promesses de changement venues d’en haut mais rarement tenues. Ce mouvement d’indépendance est aussi une réaction hostile au management du changement trop souvent utilisé comme gage de cohésion et finalement source de gagnants et de perdants.

Le management du changement : un niveau de maitrise bien relatif !

Malgré les réticences face aux changements venu d’en haut, une chose reste d’actualité : Nous demeurons embarqués dans le changement. La nouveauté, donc la difficulté, est que nous ne maitrisons plus aussi bien qu’auparavant « notre changement » étant donné la dissémination des foyers de ruptures. Il y a dans ce paradoxe entre la liberté du changement individuel et l’imprévisibilité du changement collectif, toute notre volonté de se maitriser individuellement mais aussi toute notre angoisse de se perdre collectivement. A titre d’illustration, le paradoxe entre « changement local » (que l’on essaie toujours de maitriser) et « changement global » (qui nous échappe toujours plus) est à l’origine des interminables débats entre les partisans de la mondialisation et les défenseurs de la souveraineté comme s’il devenait plus possible d’articuler le global et le local.

Management du changement : acteur ou spectateur ?

Au fond, le changement a toujours existé mais c’est son ressenti qui a changé de nature. Hier, la figure de l’avenir mobilisait collectivement et dans une direction bien définie. Cette clarté engendrait sinon l’engagement de tous du moins la volonté de l’immense majorité. Aujourd’hui nous sommes pour la plupart, face à ce même avenir, reléguer au rang de spectateur d’un désordre apparent auquel nous participons anonymement. Cette différence de statut face au changement (d’acteur à spectateur), explique un certain enfermement dans le présent et un certain désengagement face aux nécessaires changements. L’illustration de ce désengagement collectif prend toute sa dimension quand on mesure les très faibles progrès de nos comportements face à l’urgence que nous impose certains défis écologiques par exemple. Dans une moindre mesure, mais de manière tout aussi inquiétante, les entreprisses souffrent de cette impuissance collective face au changement pour devenir réellement agiles et mener à bien les nécessaires changements pour l’économie de demain.

Paradoxe : Le management du changement à besoin de continuité

Quand tout s’accélère (et avec le numérique et la mondialisation, tout s’accélère), la « vitesse d’agression » de l’environnement dépasse la « vitesse de réaction » du cheminement. C’est par ce mécanisme que la précieuse notion de continuité s’écroule dans la société comme dans les entreprises. Or contrairement aux idées reçues, le changement a besoin d’une certaine continuité pour se légitimer car un changement sans fondement est un changement sans engagement. Cette perte de continuité place souvent le management du changement dans un contexte de rupture d’où les réactions, les objections voire les obstructions. Pour reprendre l’analogie de la vitesse citée plus haut, le management du changement nécessite non pas de rouler vite ou de rouler loin mais de rouler juste, en synchronisant « vitesse d’agression » et « vitesse de réaction »

Où se situe vraiment la justesse dans le management du changement ?

Pour approcher au plus près la nécessaire justesse que réclame le management du changement, utilisons l’analogie de la métamorphose d’une chenille en papillon pour rappeler que le changement est toujours délicat et pose sans cesse une question essentielle : Quelle métamorphose faut-il mener pour construire un changement qui s’enracine dans ses fondements ? Pour poursuivre notre analogie, notre tendance collective est plutôt de faire une chenille qui vole ou un papillon qui rampe. Autrement dit, notre réflexe est de compliquer ou de sophistiquer les fondements ce qui a pour effet de pénaliser le changement. Tout se passe comme si nous préfèrions de vraies complications aux vrais changements ! Quelle erreur ! Compliquer ou sophistiquer les choses ne produit que très peu de valeur ajoutée. La chenille ne volera jamais aussi bien que le papillon et le papillon ne rampera jamais aussi bien que les chenilles quels que soient les efforts réalisés et les ressources investies.

Le management du changement : l’histoire de la source et du réservoir !

Pour construire un changement dont les fondements sont compris et acceptés, il parait sage de considérer que la culture d’un pays ou d’une entreprise est un réservoir d’énergie et que la vision de ce pays ou de cette entreprise est une source d’énergie. Le secret du management du changement est de faire en sorte que la source alimente en permanence le réservoir pour obtenir un torrent d’énergie ! cela est vrai pour les dynamiques individuelles et collectives mêmes si l’échelle des mécanismes de synchronisation entre source et réservoir se complexifient avec la loi des grands nombres.

Articles conseillés

le grand virage des managers

Pourquoi avons-nous besoin de nouveaux managers dans le paradigme en devenir ? La finalité d'une entreprise n'est ni de créer de l'emploi, ni d'enrichir ses actionnaires. La finalité d'une entreprise est de créer de la valeur d'usage et d'enrichir ses savoir-faire....

Management des organisations : Il est temps d’être « politiquement incorrect » !

Management des organisations : Il est temps d’être « politiquement incorrect » ! Technologiquement, on a déjà inventé l’entreprise de demain. Tout le monde peut s’en apercevoir pour le pire et le meilleur. En revanche, humainement parlant, on peine à trouver de...

Place de la raison dans le management des entreprises en période d’incertitude

"Le cœur a ses raisons que la raison ne connaît pas". Cette célèbre citation signifie-t-elle un abandon de la raison, une incitation à une irrationalité ou encore plaide-elle pour un antirationalisme ? Non pas tout du tout. Il ne s'agit pas de cela. Il s'agit juste de...

La FéminiTé, une parfaite illustration des années en Té…qui nous attendent

Chacun le constate au quotidien : Le monde devient turbulent, effervescent voire violent. Nous vivons, irrésistiblement et irréversiblement, le passage d’un monde à un autre. Nous vivons aussi, plus ou moins douloureusement, le passage d’une logique à une autre avec à...

(R)évolution des modèles managériaux : Freins et leviers potentiels

(R)évolution des modèles managériaux : Freins et leviers potentiels En management, l’important n’est pas d’exiger mais d’obtenir. Cette nuance doit nous faire réfléchir sur les évolutions à apporter à nos techniques managériales. Cette introduction est d’autant plus...

Intelligence Amplifiée : Va-t-on vers une fusion des cerveaux entre l’Homme et la Machine ?

Intelligence Amplifiée : Va-t-on vers une fusion des cerveaux entre l’Homme et la Machine ? Les nouvelles techniques ne sont ni bonnes ni mauvaises, tout dépend ce que l’on en fait. Au fond, l’utilisation des techniques ne fait que révéler l’humain à lui-même ! Ce...

Le travail et nous en 2021 : Quelques éclairages sur une relation ambiguë

Dans 50 ans, travaillera-t-on encore ? En 1945, 60% de la population était rurale et travaillait dans les champs. Aujourd’hui moins de 2% de la population active est nécessaire pour nourrir les 98% restant. Les progrès techniques, l’automatisation, la mise en place...

2021, l’année en Té ?

2021 sera-t-elle l’année des opportuniTés ? Peut-être ! Alors, petit tour d'horizon de ce qui pourrait nous attendre ! Té comme CompléxiTé  La complexité, parce qu'elle induit de l'imprévisibilité, engendre une incertitude croissante. La seule réponse à cette...

La digitalisation : Une échasse pour une intelligence augmentée ou une béquille pour une humanité diminuée ?

La digitalisation : Une échasse pour une intelligence augmentée ou une béquille pour une humanité diminuée ? Une époque c’est d’abord un contexte technologique ! Comme toujours, l’éthique d’une époque doit se contextualiser au travers de ses révolutions...

Le Kit Spécial Déconfinement pour bien vivre avec le coronavirus et après !

A propos de notre autonomie… Comme dirait l’autre, l’anxiété est l’anticipation de quelque chose qui ne va probablement pas arriver. Nous sommes tous dans cette forme d’incertitude. Personne ne sait quand ni comment ce confinement cessera. Et la société d’aujourd’hui...

Le progrès

C’est quand tout va mal (ou presque)…que nous devons repenser la notion de progrès Une société lassée, désabusée, divisée et fatiguée…mais par quoi au juste ? Le Progrès au fond se résume souvent dans une tentative de libérer l’Homme de ses principales contraintes....

Management des organisations : Ce n’est pas une révolte chef, c’est une révolution !

Management des organisations : Ce n’est pas une révolte chef, c’est une révolution ! Mais qu’est ce qui arrive aux managers ? Sauf exception, plus une entreprise devient grande, plus elle est orientée vers des résultats à court terme, plus elle devient bureaucratique...

Employabilité : Prêt pour le monde d’après ?

Employabilité : Prêt pour le monde d’après ? La crise du coronavirus accélère la mutation du marché du travail En termes d’employabilité, le sujet du télétravail a sans aucun doute dominé les débats ces derniers temps mais il n’est au fond que l’écume du vrai sujet....

Le monde d’après : Une promesse éternelle une fois encore recyclée ?

Le monde d’après : Une promesse éternelle une fois encore recyclée ? La sidération de l’ensemble des gouvernements mondiaux devant la pandémie du coronavirus a mis en lumière deux choses inerrantes à l’économie mondialisée dans laquelle nous baignons. La première de...

Quelques interrogations à propos du monde d’après…

Quelques interrogations à propos du monde d’après… La nostalgie et l’utopie sont les deux grands pièges à éviter pour créer le monde de demain.  Réfléchir sur le monde d’après, c’est donc partir du monde d’aujourd’hui pour dépasser et transcender ses limites. Cet...

Qu’est ce qui nous arrive ? Eléments de réponse éclairés par les évènements en cours

Qu’est ce qui nous arrive ? Eléments de réponse éclairés par les évènements en cours En temps de crise, seules la force du bateau et la virtuosité du capitaine comptent La crise du coronavirus est une véritable radiographie de notre pays en révélant ce qu’il contient...

Le Kit Spécial Confinement : Un outil pratique pour favoriser et faciliter la vie d’après

A propos de notre autonomie… Comme dirait l’autre, l’anxiété est l’anticipation de quelque chose qui ne va probablement pas arriver. Nous sommes tous dans cette forme d’incertitude. Personne ne sait quand ni comment ce confinement cessera. Et la société d’aujourd’hui...

Organisation du travail en réseau : Mode d’emploi, avantages et pièges à éviter

Le réseau c’est le lien « si je veux ! » Un réseau est souvent un lieu où convergent et interagissent des hommes et des femmes qui se connectent utilement souvent avec audace et ferveur. Evidemment ces caractéristiques séduisent de plus en plus de professionnels...

La grande dislocation des systèmes hiérarchiques : dissection et explications

La grande dislocation des systèmes hiérarchiques : dissection et explications Une simple constation pour commencer La devise des pionniers est la suivante : La majorité des gens seront d’accord avec moi mais plus tard ! Appliquée au management des organisations, cette...

Devenir soi et pleinement soi : Mise en perspective…

Devenir soi et pleinement soi : Une route à tracer Anthropologiquement,  si notre époque avait une signature ce serait à coup sûr : Devenir soi et pleinement soi ! Nous sommes plus que jamais épris de liberté et de singularisation. Avoir la possibilité de choisir sa...

MPM TV

Abonnez-vous à notre newsletter