Management d’un nouveau modèle économique

vendredi 12 février 2016

Management d’un nouveau modèle économique : Mise en perspective !

CHANGEMENTManagement d’un nouveau modèle économique : La croissance est morte, vive la croissance !

En économie comme ailleurs, un paradigme est un système de croyances et de postulats qui créent une vision du monde intégrée et unifiée. Cette vision est si convaincante et impérieuse qu’on finit par la confondre avec la réalité même. Le paradigme de l’économie moderne était en l’occurrence fondé sur l’industrialisation, la mondialisation et la financiarisation de la fameuse croissance. Rien n’était trop grand et rien n’était trop cher pour la fabriquer et l’entretenir. Le problème est que tout passe, tout lasse, tout casse. Toute vision économique arrive donc à son niveau de saturation. Pour s’en convaincre, un simple raisonnement de bon sens suffit. En effet, pouvoir d’achat oblige, pour que les consommateurs consomment, il faudrait augmenter les salaires. Mais compétitivité oblige, pour que les travailleurs travaillent, il faudrait baisser les salaires. Or consommateurs = travailleurs donc pour fabriquer de la croissance, il faudrait à la fois baisser et augmenter les salaires ! A l’évidence, notre paradigme économique devient une impasse que nous devrons dépasser et transcender pour inventer autre chose. Dit autrement, toujours plus de croissance est devenu économiquement impossible par deux forces déflationnistes : la réduction de la demande due à la baisse des salaires réels et la hausse de l’offre due à des surcapacités de production. Une autre croissance, plus qualitative et plus immatérielle (donc moins quantitative et moins matérielle), reste à inventer.

Management d’un nouveau modèle économique : les 2 scénarios de base pour demain

Pour amorcer un nouveau raisonnement économique, constatons déjà que la financiarisation de l’économie a posé le problème crucial de l’avenir des travailleurs et donc de l’avenir de la consommation avec deux scénarii de base pour l’avenir : ou bien la finance a déjà trop étouffée l’économie réelle avec un saccage et une dérégulation irréversibles ou bien cette dérégulation, quoique terrible, est encore au moins partiellement réversible. Dans les deux cas, un autre type de croissance est à inventer. Seul l’impératif de rapidité et d’intensité change. Ceux qui disent que l’histoire de l’économie est une succession de cycles entrecoupés et ponctués de dérégulations et d’effondrements ont parfaitement raison. Ce qu’ils oublient de dire, c’est que la cause et la cible numéro un de la présente rupture est une grande illusion. Cette illusion consiste à croire que quand le garde-manger se vide (le travail disparait) et que le nombre de convives augmentent (ceux qui en cherchent sont de plus en plus nombreux), la part de chacun ne peut pas augmenter (offres d’emploi et salaires en hausse). C’est pour rompre avec cette grande illusion que nous devrons nécessairement changer de paradigme économique.

VALUEManagement d’un nouveau modèle économique : les ruptures de logique à venir

L’analyse des scénarii possibles démontrent clairement que les seules croissances possibles dans les années à venir seront une croissance qualitative (moins mais mieux) et une croissance immatériel (moins de biens mais plus de liens). Ajoutons que ces deux nouvelles croissances sont les seules à être compatibles avec les défis écologiques, climatiques et démographiques à venir si on ne veut pas piller à jamais ce qui nous nourrit : notre Terre. Ainsi posé, le management d’un nouveau modèle économique émergera des ruptures de logique suivantes :

  • Le passage d’une économie industrielle de masse à une économie néo-artisanale de niche
  • Le passage d’une logique d’abondance (toujours plus) à une logique de frugalité (moins mais mieux)
  • Le passage d’une logique de prix (combien ça coute ?) à une logique de valeur (à quoi ça sert ?).
  • Le passage d’une logique de productivité (vendre son temps) à une logique de virtuosité (vendre ce que l’on fait de son temps).
  • Le passage d’une logique des modalités (comment faire pour faire plus ?) à une logique des finalités (pour quoi faire mieux ?)
  • Le passage d’une logique de l’avoir et du paraitre (être les meilleurs du monde) à une logique de l’être et du devenir (être meilleurs pour le monde)

Management d’un nouveau modèle économique : une nouvelle loi de l’offre et de la demande ?

Le fil rouge des différentes ruptures de logique énumérées ci-dessus est bien évidemment le passage d’une logique quantitative à une logique qualitative. Pour devenir effective, ce changement de logique doit s’accompagner d’un changement de loi entre l’offre et la demande. Pour anticiper ce changement, partons du principe que quand on consomme toujours plus (principe de la croissance quantitative), l’offre et la demande s’ajustent par le prix des choses alors que quand on consomme moins mais mieux (principe de la croissance qualitative), l’offre et la demande s’ajustent par la valeur des choses. Cette observation explique qu’en période de mutation économique (comme celle que nous vivons actuellement), prix et valeur peuvent divorcer et changer le paradigme économique. Quand nous consommerons moins (et c’est inéluctable), la quête d’une plus grande valeur d’usage (à quoi ça sert ?) remplacera l’affligeante obsession de la valeur d’échange (Combien ça coute ?). Cette quête de valeur fera que ce n’est plus le fabricant qui vendra mais l’acheteur qui cherchera, demandera et exigera ce qu’il veut sans se laisser intoxiquer par ce qu’il y a. Toutes les techniques de production et de commercialisation seront bouleversées par cette salutaire sélectivité et frugalité.

Management d’un nouveau modèle économique : V = I x P ?

Créer de la valeur plus qu’un prix sera donc le moteur de la transition économique à venir. Pour réaliser cette transition, posons une équation simple : V = I x P (dans laquelle V est la Valeur, I l’Implication et P le Prix).mpm Ainsi, notre implication devient ce facteur multiplicatif capable de conférer à un prix donné un maximum de valeur. Evidemment ceci s’explique. En effet, notre implication permet, à travail égal, de réduire le temps nécessaire à ce travail en décuplant notre énergie et notre volonté. A intelligence égale, notre implication permet aussi de réduire les investissements nécessaires en décuplant notre créativité. Enfin, à ressources égales, notre implication nous permet de faire plus avec moins. En réduisant le temps nécessaire, en diminuant les investissements nécessaires et en permettant de faire plus avec moins, notre implication est au cœur des trois mécanismes conférant à un prix donné une valeur maximale.

Management d’un nouveau modèle économique : Les 3 moteurs de notre implication

Pour maximiser notre implication donc la valeur de chaque bien ou service produit, le management des entreprises de demain se dotera de 3 moteurs plus ou moins puissants

  1. L’intention collective : C’est le moteur de la valeur éthique de l’organisation. En agissant comme un guide, elle définira ce qui, à chaque décision à prendre, lui fera choisir telle direction plutôt que telle autre. La puissance de ce moteur sera proportionnelle à la noblesse, à la profondeur, à la clarté et à la différenciation des décisions prises.
  2. La virtuosité : C’est le moteur de la valeur opérationnelle de l’organisation. Cette virtuosité permet à l’organisation de faire avec aisance ce que les concurrents font avec difficultés. C’est bien évidemment ce supplément de talent qui génèrera un supplément de valeur aux yeux du marché.
  3. La mémoire : C’est le moteur de la valeur holistique de l’organisation. Cette mémoire est indispensable en effet pour que l’organisation se rappelle d’où elle vient et ce qu’elle incarne. Telle une plante qui pousse, la puissance de ce moteur sera proportionnelle à sa capacité de profiter d’un enracinement profond (une intention collective profonde) pour continuer à croitre avec solidité (une profonde volonté) sans ne se renier ni se perdre.

Management d’un nouveau modèle économique : mise en perspectiveOEUF MPM

Nous ne vivons pas une crise économique mais une mutation de la logique économique. Une logique de valeur va progressivement prendre le pas sur une logique des prix. Ce passage sera finalement la conséquence de notre implication collective et individuelle pour faire émerger un nouveau modèle économique, un modèle moins aguichant mais plus impliquant, un modèle aussi moins envahissant mais plus intégrant. Ce modèle nous réunira, soit en tant que producteur soit en tant que consommateur, plus par passion ou vocation pour telle ou telle valeur que par simple raison ou capitulation par rapport à un prix donné.

Articles conseillés

le grand virage des managers

Pourquoi avons-nous besoin de nouveaux managers dans le paradigme en devenir ? La finalité d'une entreprise n'est ni de créer de l'emploi, ni d'enrichir ses actionnaires. La finalité d'une entreprise est de créer de la valeur d'usage et d'enrichir ses savoir-faire....

Management des organisations : Il est temps d’être « politiquement incorrect » !

Management des organisations : Il est temps d’être « politiquement incorrect » ! Technologiquement, on a déjà inventé l’entreprise de demain. Tout le monde peut s’en apercevoir pour le pire et le meilleur. En revanche, humainement parlant, on peine à trouver de...

Place de la raison dans le management des entreprises en période d’incertitude

"Le cœur a ses raisons que la raison ne connaît pas". Cette célèbre citation signifie-t-elle un abandon de la raison, une incitation à une irrationalité ou encore plaide-elle pour un antirationalisme ? Non pas tout du tout. Il ne s'agit pas de cela. Il s'agit juste de...

La FéminiTé, une parfaite illustration des années en Té…qui nous attendent

Chacun le constate au quotidien : Le monde devient turbulent, effervescent voire violent. Nous vivons, irrésistiblement et irréversiblement, le passage d’un monde à un autre. Nous vivons aussi, plus ou moins douloureusement, le passage d’une logique à une autre avec à...

(R)évolution des modèles managériaux : Freins et leviers potentiels

(R)évolution des modèles managériaux : Freins et leviers potentiels En management, l’important n’est pas d’exiger mais d’obtenir. Cette nuance doit nous faire réfléchir sur les évolutions à apporter à nos techniques managériales. Cette introduction est d’autant plus...

Intelligence Amplifiée : Va-t-on vers une fusion des cerveaux entre l’Homme et la Machine ?

Intelligence Amplifiée : Va-t-on vers une fusion des cerveaux entre l’Homme et la Machine ? Les nouvelles techniques ne sont ni bonnes ni mauvaises, tout dépend ce que l’on en fait. Au fond, l’utilisation des techniques ne fait que révéler l’humain à lui-même ! Ce...

Le travail et nous en 2021 : Quelques éclairages sur une relation ambiguë

Dans 50 ans, travaillera-t-on encore ? En 1945, 60% de la population était rurale et travaillait dans les champs. Aujourd’hui moins de 2% de la population active est nécessaire pour nourrir les 98% restant. Les progrès techniques, l’automatisation, la mise en place...

2021, l’année en Té ?

2021 sera-t-elle l’année des opportuniTés ? Peut-être ! Alors, petit tour d'horizon de ce qui pourrait nous attendre ! Té comme CompléxiTé  La complexité, parce qu'elle induit de l'imprévisibilité, engendre une incertitude croissante. La seule réponse à cette...

La digitalisation : Une échasse pour une intelligence augmentée ou une béquille pour une humanité diminuée ?

La digitalisation : Une échasse pour une intelligence augmentée ou une béquille pour une humanité diminuée ? Une époque c’est d’abord un contexte technologique ! Comme toujours, l’éthique d’une époque doit se contextualiser au travers de ses révolutions...

Le Kit Spécial Déconfinement pour bien vivre avec le coronavirus et après !

A propos de notre autonomie… Comme dirait l’autre, l’anxiété est l’anticipation de quelque chose qui ne va probablement pas arriver. Nous sommes tous dans cette forme d’incertitude. Personne ne sait quand ni comment ce confinement cessera. Et la société d’aujourd’hui...

Le progrès

C’est quand tout va mal (ou presque)…que nous devons repenser la notion de progrès Une société lassée, désabusée, divisée et fatiguée…mais par quoi au juste ? Le Progrès au fond se résume souvent dans une tentative de libérer l’Homme de ses principales contraintes....

Management des organisations : Ce n’est pas une révolte chef, c’est une révolution !

Management des organisations : Ce n’est pas une révolte chef, c’est une révolution ! Mais qu’est ce qui arrive aux managers ? Sauf exception, plus une entreprise devient grande, plus elle est orientée vers des résultats à court terme, plus elle devient bureaucratique...

Employabilité : Prêt pour le monde d’après ?

Employabilité : Prêt pour le monde d’après ? La crise du coronavirus accélère la mutation du marché du travail En termes d’employabilité, le sujet du télétravail a sans aucun doute dominé les débats ces derniers temps mais il n’est au fond que l’écume du vrai sujet....

Le monde d’après : Une promesse éternelle une fois encore recyclée ?

Le monde d’après : Une promesse éternelle une fois encore recyclée ? La sidération de l’ensemble des gouvernements mondiaux devant la pandémie du coronavirus a mis en lumière deux choses inerrantes à l’économie mondialisée dans laquelle nous baignons. La première de...

Quelques interrogations à propos du monde d’après…

Quelques interrogations à propos du monde d’après… La nostalgie et l’utopie sont les deux grands pièges à éviter pour créer le monde de demain.  Réfléchir sur le monde d’après, c’est donc partir du monde d’aujourd’hui pour dépasser et transcender ses limites. Cet...

Qu’est ce qui nous arrive ? Eléments de réponse éclairés par les évènements en cours

Qu’est ce qui nous arrive ? Eléments de réponse éclairés par les évènements en cours En temps de crise, seules la force du bateau et la virtuosité du capitaine comptent La crise du coronavirus est une véritable radiographie de notre pays en révélant ce qu’il contient...

Le Kit Spécial Confinement : Un outil pratique pour favoriser et faciliter la vie d’après

A propos de notre autonomie… Comme dirait l’autre, l’anxiété est l’anticipation de quelque chose qui ne va probablement pas arriver. Nous sommes tous dans cette forme d’incertitude. Personne ne sait quand ni comment ce confinement cessera. Et la société d’aujourd’hui...

Organisation du travail en réseau : Mode d’emploi, avantages et pièges à éviter

Le réseau c’est le lien « si je veux ! » Un réseau est souvent un lieu où convergent et interagissent des hommes et des femmes qui se connectent utilement souvent avec audace et ferveur. Evidemment ces caractéristiques séduisent de plus en plus de professionnels...

La grande dislocation des systèmes hiérarchiques : dissection et explications

La grande dislocation des systèmes hiérarchiques : dissection et explications Une simple constation pour commencer La devise des pionniers est la suivante : La majorité des gens seront d’accord avec moi mais plus tard ! Appliquée au management des organisations, cette...

Devenir soi et pleinement soi : Mise en perspective…

Devenir soi et pleinement soi : Une route à tracer Anthropologiquement,  si notre époque avait une signature ce serait à coup sûr : Devenir soi et pleinement soi ! Nous sommes plus que jamais épris de liberté et de singularisation. Avoir la possibilité de choisir sa...

MPM TV

Abonnez-vous à notre newsletter