Sélectionner une page

Comment est née la personne postmoderne ?

Comment est née la personne postmoderne ?

La personne postmoderne entre tension et cohabitation

Deux tensions à priori contradictoires créent la réalité quotidienne de notre société. D´un coté, les clans, les tribus et les communautés s´agrègent et prospèrent. Ces groupuscules se battent pour des valeurs, des identités ou des idées en se rassemblant. La cohabitation de ces tribus nous rapproche parfois de l´explosion. En miroir de cette agrégation tribale, l´identité de l´individu, brique élémentaire de notre société moderne, se fragmente et s’atomise. L’accélération des flux et des mutations dans un monde hyper-connecté découpe et brouille notre identité et nous sommes parfois proches de l´implosion. La période de transition en cours est une machine à  découper les individus. Le risque de la modernité était l’uniformisation. Le risque de l´après modernité c´est l´errance.

La personne postmoderne est la résultante d´une mutation anthropologique

Entre explosion et implosion, les tensions paradoxales traversant notre société sont à l´origine d´une mutation anthropologique. Si une personne de votre entourage vous demande un jour ce qu´est vraiment l´époque postmoderne, répondez lui simplement que c´est le retour de tout de ce que la modernité avait écrasé à commencer par le caractère fondamentalement pluriel et multidimensionnel de l´être humain ! Notons au passage que ce retour à une identité plurielle et multidimensionnelle est à  l´origine de nos comportements parfois paradoxaux en tant que citoyens, salariés, parents ou patrons. Comment en est-on arrivé là? Trois « crises majeures », c´est comme cela que l´on nomme en Occident les changements de paradigme, expliquent en grande partie les deux tensions à priori contradictoires décrites : une crise économique et sociale, une crise politique et idéologiques et une crise religieuse.

La personne postmoderne : une identité façonnée par la financiarisation de l´économie.

La « crise » économique et sociale a pour manifestation principale un chômage de masse récurrent depuis les années 1980. Ce chômage de masse a d´une part transformé radicalement le rapport des individus au travail et à leur emploi et d´autre part marginalisé une franche croissante d´individus. Ce fléau du chômage coïncide avec la mondialisation et son corolaire: la financiarisation de l´économie.
Le développement de l´économie financière, indispensable pour prolonger le cycle infernal croissance-endettement-relance, allait tout changer en découplant quantité de production-quantité de travail-quantité de protection. La finance produit de la valeur sans rien transformer. La matière première est de l´argent et le produit fini est de l´argent. On comprend des lors qu´il ne faut pas la même quantité de travail pour opérer la transformation. Cette virtualisation de la transformation a tué la valeur artisanale du travail et soumis le travail industriel à des rendements tout simplement intenables sur le long terme.

La personne postmoderne est prise de vertige car son extérieur va plus vite que son intérieur

Avec la financiarisation de l´économie, la centralité du travail humain s´est effacée et la protection sociale s´est diluée ! Avec la finance aux manettes du monde, tout est devenu possible mais tout est devenu aussi imprévisible. Avec la financiarisation et la mondialisation, la météo passe des éclaircies aux orages en un clic ! De nouvelles tendances et de nouvelles effervescences se succèdent et s´enchainent toujours accompagnées de nouvelles conséquences et de nouvelles séquences bien imprévisibles pour la majorité d´entre nous. Cet extérieur qui va plus vite que notre intérieur explique nos comportements parfois paradoxaux entre excès d´individualisme d´un coté et excès tribal de l´autre.

La personne postmoderne s´est construite en réaction à une saturation idéologique 

La « crise » politique et idéologique a pour manifestation principale l´impossibilité de construire un projet collectif qui rassemble les citoyens sur une vision commune et structurée de l´avenir par faillite de l´intérêt général et de l´autorité qui sont de moins en moins admis. La chute du mur de Berlin et l´effondrement du communisme est bien attendu un symbole fort de cette crise idéologique. En ce début de postmodernité, l´établissement de règles et de normes à  priori se heurte à  des résistances de plus en plus fréquentes. La plupart des sujets, autrefois réservés à  la sphère privée et/ou autoritaire, passent désormais dans le domaine publique et démocratique à  tel point que la loi est devenue le marqueur social de la prise en compte d´un problème donné et précède parfois les mœurs : il devient fréquent, en effet, de faire voter une loi pour quelques cas isolés. C´est précisément pour cela que l´ère postmoderne ne sera  plus une société mais plutôt une mosaïque.  Les visions, les valeurs, les intentions ont changé d´échelle. Elles ne concernent plus une nation ou une société, elles concernent une tribu, une communauté, des clans ou parfois même quelques individus isolés. Ce changement d´échelle répond à un saut de complexité sans précédent du monde sous la houlette d´une accélération sans précédent des flux de communication et d´échange. Ce mouvement collectif d´indépendance et de méfiance face à la société d´« en haut » est une impatience manifeste par rapport aux promesses rarement tenues d´une société du progrès comme gage de la cohésion sociale. 

La personne postmoderne croit toujours mais en dehors des institutions.

La troisième « crise » majeure est une crise religieuse. Le constat est simple : Les institutions religieuses dans les sociétés occidentales ne mobilisent plus ou mobilisent moins. Mais, après la fin d´un mythe, qu´est ce qu´il a ? Un autre mythe ou plus exactement d´autres mythes ! En effet, dans cette époque postmoderne naissante, on croit toujours voir même plus qu´avant. En revanche, la nature et la fidélité aux croyances à changer. D´abord, on croit en dehors des institutions et des valeurs universelles. Ensuite, on croit de manière plus nomade et plus éphémère. Tout se passe comme si on croyait à  plusieurs choses en fonction de l´heure et du lieu. On est passé de la religion et sa morale dogmatique à  la religiosité et son éthique très pragmatique. La religiosité c´est une religion tribale. La sécularisation était très moderne. L´après sécularisation est très postmoderne dans le décloisonnement qu´elle implique entre matériel et spirituel, rationnel et irrationnel, public et privé. La personne postmoderne cherche toujours à  réconcilier croyance et expérience d´où les rites, rituels, pratiques ou encore cultes en tout genre. Nous assistons à  une prolifération et à  une effervescence des valeurs chez un même individu. Ces références individualisées n´étant plus hiérarchisées dans le cadre d´institution de référence, elles peuvent donner l´impression d´un individualisme fort d´une part et d´un certain relativisme d´autre part.

La personne postmoderne a réinventé un espace-temps personnalisé

La conjonction de ces trois crises a donné naissance à  des générations éduquées entre deux bornes : les pavés de 1968 et la chute du mur de Berlin en 1989. C´est la vie quotidienne de ces générations qui créent le passage à  l´après modernité et c´est ce passage qui fait craquer les coutures du paradigme moderne. Nous ne vivons pas une crise. Nous vivons la fin d’un modèle socioéconomique et donc la fin du fameux contrat social. Ce crépuscule engendre une mutation anthropologique profonde, irréversible et radicale menant de l´individu moderne à  la personne postmoderne. Le grand défi que pose cette mutation peut se résumer à  une question : Quelle sera l´utilité et l´efficacité des forces contradictoires d´individuation et d´intégration que la personne postmoderne semble revendiquer pour affronter les problématiques à venir ? 

Tous à l’abri?

Articles conseillés

Management, planification et synchronisation : La valse à 3 temps

Plus un système devient complexe et moins il devient prédictible dans le temps. C’est le point commun entre la météo (le temps est de plus en plus incertain) et le management des organisations (prévoir ce qui va se passer dans le temps est de plus en plus difficile)....

Sociologie : Quelques exemples d’évolution des valeurs sociétales

De l’unité à l’unicité : le management de nos vies change de finalité Dans la société, comme dans les entreprises, le polythéisme des valeurs est de plus en plus patent. A l’unité d’hier se substitue en tout et partout l’unicité. Dit autrement, les blocs homogènes se...

Et si nous acceptions enfin l’incertitude !

Nous vivons dans un monde CIA - Complexe, Incertain et Ambigu et c’est pour cela que notre niveau de maitrise devient très relatif. Cette incertitude peut aller jusqu’à la peur : La peur de manquer, la peur de l’étranger, la peur du déclassement, la peur de...

Vers un changement de paradigme des compétences

      Le management des compétences navigue aujourd’hui entre tension et crispation. Le rêve de toute organisation dans une période de changements est de voir une vraie rupture dans la façon de faire et dans la façon d’être de ses collaborateurs. Ce...

Comment bien vieillir malgré tout?

Comment bien vieillir malgré tout ? Regard décalé sur une certaine Sagesse*. Mieux vaut être en travaux plutôt qu’un produit fini ! Voilà une bonne résolution pour bien vieillir. La caractéristique de ce qui est vivant est de se transformer. Le parti pris de la...

Parfums d’été

Parfums d’été Le management, au fond, c’est réaliser des choses extraordinaires à partir de choses ordinaires grâce à des managers à la fois vrais et hors normes. Six parfums composent l’alchimie de ce type de leadership : un parfum de noblesse dans l’intention, un...

Chef, digitalise-moi

Chef, digitalise-moi ! L’Homme est devenu le maillon faible de son espace-temps Le digital est une révolution technologique et un tsunami managérial. Pour la première fois de son histoire, l’homme est en effet devenu le maillon faible de son espace-temps. Ce n’est...

Management des organisations : Réflexion de fond sur le pilotage de la performance

Management des organisations : Réflexion de fond sur le pilotage de la performance En management, comme ailleurs, le problème n'est pas de piloter l’activité à l’aide d’indicateurs clés ou de révolutions technologiques X ou Y. Le vrai problème est de savoir si les...

Peut-on (encore) faire confiance au progrès technologique ?

Peut-on (encore) faire confiance au progrès technologique ? Ce début de XXI siècle est décidément un mélange très tumultueux entre des promesses de progrès inimaginables au XX siècle et des stigmates très persistants du « vieux monde » comme disent certains....

Le management peut-il réinventer l’espace-temps du travail ?

Lieux et liens au travail sont très cloisonnés. Le contrat de travail prévoit un lieu de travail précis mais ne prévoit aucun lien précis entre les personnes sauf des liens hiérarchiques. Le management peut-il réinventer le temps et l’espace économique ?

Dé-chainez-vous !

Dé-chainez-vous, cela fait un bien fou ! La liberté, çà ne se donne pas, ça se gagne… On ne naît pas libre, on n'est pas libre, on le devient et le chemin pour le devenir passe par un difficile et long travail intérieur à mener sur trois voies parallèles : la clarté...

le grand virage des managers

Pourquoi avons-nous besoin de nouveaux managers dans le paradigme en devenir ? La finalité d'une entreprise n'est ni de créer de l'emploi, ni d'enrichir ses actionnaires. La finalité d'une entreprise est de créer de la valeur d'usage et d'enrichir ses savoir-faire....

Management des organisations : Il est temps d’être « politiquement incorrect » !

Management des organisations : Il est temps d’être « politiquement incorrect » ! Technologiquement, on a déjà inventé l’entreprise de demain. Tout le monde peut s’en apercevoir pour le pire et le meilleur. En revanche, humainement parlant, on peine à trouver de...

Sérendipité ou l’art d’avoir de la chance

Sérendipité ou comment saisir les opportunités dans un monde devenu imprévisible ? La sérendipité est un mot à l’histoire singulière. Sur le plan phonétique, il n’a ni le charme ni l’usage commun de son homologue anglais (serendipity). Le sens le plus profond de ce...

Place de l’intuition dans le management des entreprises en période d’incertitude

"Le cœur a ses raisons que la raison ne connaît pas". Cette célèbre citation signifie-t-elle un abandon de la raison, une incitation à une irrationalité ou encore plaide-elle pour un antirationalisme ? Non pas tout du tout. Il ne s'agit pas de cela. Il s'agit juste de...

La FéminiTé, une parfaite illustration des années en Té…qui nous attendent

Chacun le constate au quotidien : Le monde devient turbulent, effervescent voire violent. Nous vivons, irrésistiblement et irréversiblement, le passage d’un monde à un autre. Nous vivons aussi, plus ou moins douloureusement, le passage d’une logique à une autre avec à...

Les big data de la motivation

Big data de la motivation La motivation : un bien précieux en période de saturation La plupart des entreprises et des organisations sont confrontées à  un changement de modèle économique. A ces profonds changements, potentiellement déstabilisants pour les...

(R)évolution des modèles managériaux : Freins et leviers potentiels

(R)évolution des modèles managériaux : Freins et leviers potentiels En management, l’important n’est pas d’exiger mais d’obtenir. Cette nuance doit nous faire réfléchir sur les évolutions à apporter à nos techniques managériales. Cette introduction est d’autant plus...

Intelligence Amplifiée : Va-t-on vers une fusion des cerveaux entre l’Homme et la Machine ?

Intelligence Amplifiée : Va-t-on vers une fusion des cerveaux entre l’Homme et la Machine ? Les nouvelles techniques ne sont ni bonnes ni mauvaises, tout dépend ce que l’on en fait. Au fond, l’utilisation des techniques ne fait que révéler l’humain à lui-même ! Ce...

Le travail et nous en 2021 : Quelques éclairages sur une relation ambiguë

Dans 50 ans, travaillera-t-on encore ? En 1945, 60% de la population était rurale et travaillait dans les champs. Aujourd’hui moins de 2% de la population active est nécessaire pour nourrir les 98% restant. Les progrès techniques, l’automatisation, la mise en place...

MPM TV

Abonnez-vous à notre newsletter