Le prêt de compétences

jeudi 22 mai 2014

Le prêt de compétence

Nouveau levier de compétitivité et de vitalité !

So H version 2

Si la vie économique de la fin du 20ème siècle a été profondément impactée par la mondialisation, c’est-à-dire la libre circulation des biens et des personnes, la vie économique de ce début de 21ème siècle pourrait bien être marquée par la libre circulation des compétences. Toutes les tendances de la profonde mutation socio-économique en cours annoncent cette prochaine libre circulation des compétences. L’idée que le talent va se substituer à l’argent comme étalon de richesse,  le besoin de donner du sens à ses activités au quotidien et le besoin de travailler en réseau autonome et collectif, responsable et co créatif sont trois exemples parmi d’autres qui convergent vers l’émergence d’un nouveau type de prêt : le prêt de compétence.

Prêter des compétences : quelle drôle d’idée me direz-vous ? Pourquoi ne pas les acheter, les utiliser puis les jeter comme n’importe quelle ressource ? Tout simplement parce que nous consommons trop de ressources ! 80% des ressources naturelles non renouvelables de la Terre ont été consommées en moins d’un siècle ! La logique de l’économie de masse, basée sur l’hyperconsommation de ressources matérielles bon marché, est donc condamnée. Et ce qui est vrai pour les ressources matérielles le sera bientôt pour les ressources humaines. La financiarisation de l’économie a laminé les ressources humaines aujourd’hui largement lassées, émoussées voir épuisées par la logique du toujours plus ! Devant de telles réalités, les objectifs de performance et de rentabilité des entreprises doivent à l’évidence être redéfinis pour redonner un avenir à l’activité humaine. Une nouvelle ère économique va s’ouvrir : celle du partage des compétences. Ce partage nous apprendra à faire, en tout ET partout, plus avec moins! Le prêt de compétence remettra la ressource humaine au cœur de l’innovation.

De l’empilement en silo des ressources à leur mise en réseau dans une économie décloisonnée et connectée

Savoir prêter une compétence sera donc à l’évidence une compétence très recherchée dans les entreprises de demain. En effet, faire mieux ou plus avec moins nécessite de maitriser l’art de la frugalité collaborative. L’apprentissage de cet art sera une des passerelles entre l’économie d’hier et celle de demain et nous amènera à distinguer clairement ressources et capacités. Pour la plupart des managers baignés dans le modèle économique industriel, ces deux termes sont presque synonymes. Ils cachent pourtant deux notions bien différentes. En effet, les ressources s’achètent, se copient, ou se volent, d’où la croyance (vrai seulement en apparence) qu’avec la même quantité de ressources on arrive au même résultat, au même objectif (c’est le fameux benchmark). Contrairement aux ressources, les capacités sont des notions beaucoup moins marchandes. Le talent, l’intelligence, la culture ou encore l’intuition s’achètent, se copient ou se volent beaucoup plus difficilement que les ressources. Acheter une ressource c’est facile. Acheter une capacité est soit difficile soit très cher ! De plus, la répartition des capacités est contrairement à la répartition des ressources très inégalitaire. Il est très facile de repartir une quantité de façon égalitaire. Il est très difficile, voire impossible, de repartir une qualité de façon égalitaire ! Pour résoudre cette dialectique entre ressources et capacités, une autre approche de la notion de compétence est nécessaire : Cette nouvelle approche consiste à considérer la compétence comme une valeur d’usage dans une économie  circulaire : ainsi la compétence se connecte, se partage, s’use, se recycle, se prête et s’échange. Cette approche fonctionnelle de la compétence c’est un peu comme l’espace Schengen : c’est la libre circulation de la compétence au service du bien commun et d’une économie décloisonnée et interconnectée.

 AlphabetApprendre à apprendre : développement annoncé d’une compétence du 21ième siècle.

 

Deux convictions managériales fortes sous-tendent cette valeur d’usage de la compétence : La première de ces deux convictions est que les performances générées par le désir d’entreprendre sont plus solides et plus pérennes que les performances ponctuelles obtenues par la contrainte et dans la douleur. La deuxième conviction managériale forte est que les entreprises qui réussissent à survivre face aux changements sont celles qui savent agir et apprendre en même temps.

Pour creuser la première de ces deux convictions, disons qu’il existe, selon plusieurs études sur le sujet, trois sources principales de désir qui viennent favoriser et faciliter le déploiement d’une compétence :

  • Alimenter le sentiment que l’on peut avancer efficacement dans son travail est la première de ces trois sources. A travers le prêt de compétence, la valeur d’une compétence est un moyen de donner la sensation que l’on avance efficacement grâce à son travail. Le rôle essentiel du manager pour activer cette source sera d’aider l’autre à formuler la nature et l’utilité de ses compétences pour l’entreprise et pour son écosystème.
  • Alimenter le sentiment de travailler dans une entreprise exigeante qui favorise une culture d’entraide est la deuxième source de désir favorisant l’expression d’un potentiel. Deux doses d’exigence et une dose d’estime de soi est souvent le bon dosage managérial pour donner de la valeur à une compétence. Le prêt de compétence répond parfaitement à ce cocktail du management des compétences.
  • Alimenter le sentiment que les contraintes et les difficultés rencontrées sont prises en compte pour donner envie de les surmonter est la troisième source de désir capable de favoriser l’expression du potentiel qui existe chez chacun de nos collaborateurs. Une compétence cela permet de faire des choses extraordinaires avec des gens ordinaires et pour faire des choses extraordinaires avec des gens ordinaires, il faut clairement partager et se prêter nos compétences réciproques.

 

mains peintesLa compétence : un moyen de co-innover sa culture?

 

Pour conclure sur le développement annoncé du prêt de compétence, il est également important de souligner qu’une culture d’entreprise peut s’imager comme une compétence déployée collectivement dans le temps et dans l’espace grâce à une stratégie d’engagement des parties prenantes communautaires*. Chaque acteur interagira dans cet écosystème selon ses propres intérêts socio-économiques mais pour une même cause ou une même compétence. L’entreprise disposera ainsi de talents et de qualités qu’elle s’attachera à cultiver. Il s’agira donc bien d’une réelle culture. Le prêt de compétence sera un moyen de communication postmoderne : une communication par les faits et les actes. Une communication solidaire, responsable et bienveillante source d’un bouche à oreille viral très puissant.

Vous êtes lassé, émoussé ou carrément découragé ? Votre motivation s’est diluée ou évaporée ? Parions que le prêt de compétence va nous réveiller ! Réveiller nos organisations, nos entreprises, les salariés et nos équipes. Chiche ! Tu me prêtes ta compétence ?

Articles conseillés

Intelligence Amplifiée : Va-t-on vers une fusion des cerveaux entre l’Homme et la Machine ?

Intelligence Amplifiée : Va-t-on vers une fusion des cerveaux entre l’Homme et la Machine ? Les nouvelles techniques ne sont ni bonnes ni mauvaises, tout dépend ce que l’on en fait. Au fond, l’utilisation des techniques ne fait que révéler l’humain à lui-même ! Ce...

Le travail et nous en 2021 : Quelques éclairages sur une relation ambiguë

Dans 50 ans, travaillera-t-on encore ? En 1945, 60% de la population était rurale et travaillait dans les champs. Aujourd’hui moins de 2% de la population active est nécessaire pour nourrir les 98% restant. Les progrès techniques, l’automatisation, la mise en place...

2021, l’année en Té ?

2021 sera-t-elle l’année des opportuniTés ? Peut-être ! Alors, petit tour d'horizon de ce qui pourrait nous attendre ! Té comme CompléxiTé  La complexité, parce qu'elle induit de l'imprévisibilité, engendre une incertitude croissante. La seule réponse à cette...

La digitalisation : Une échasse pour une intelligence augmentée ou une béquille pour une humanité diminuée ?

La digitalisation : Une échasse pour une intelligence augmentée ou une béquille pour une humanité diminuée ? Une époque c’est d’abord un contexte technologique ! Comme toujours, l’éthique d’une époque doit se contextualiser au travers de ses révolutions...

Le Kit Spécial Déconfinement pour bien vivre avec le coronavirus et après !

A propos de notre autonomie… Comme dirait l’autre, l’anxiété est l’anticipation de quelque chose qui ne va probablement pas arriver. Nous sommes tous dans cette forme d’incertitude. Personne ne sait quand ni comment ce confinement cessera. Et la société d’aujourd’hui...

Le progrès

C’est quand tout va mal (ou presque)…que nous devons repenser la notion de progrès Une société lassée, désabusée, divisée et fatiguée…mais par quoi au juste ? Le Progrès au fond se résume souvent dans une tentative de libérer l’Homme de ses principales contraintes....

Management des organisations : Ce n’est pas une révolte chef, c’est une révolution !

Management des organisations : Ce n’est pas une révolte chef, c’est une révolution ! Mais qu’est ce qui arrive aux managers ? Sauf exception, plus une entreprise devient grande, plus elle est orientée vers des résultats à court terme, plus elle devient bureaucratique...

Employabilité : Prêt pour le monde d’après ?

Employabilité : Prêt pour le monde d’après ? La crise du coronavirus accélère la mutation du marché du travail En termes d’employabilité, le sujet du télétravail a sans aucun doute dominé les débats ces derniers temps mais il n’est au fond que l’écume du vrai sujet....

Le monde d’après : Une promesse éternelle une fois encore recyclée ?

Le monde d’après : Une promesse éternelle une fois encore recyclée ? La sidération de l’ensemble des gouvernements mondiaux devant la pandémie du coronavirus a mis en lumière deux choses inerrantes à l’économie mondialisée dans laquelle nous baignons. La première de...

Quelques interrogations à propos du monde d’après…

Quelques interrogations à propos du monde d’après… La nostalgie et l’utopie sont les deux grands pièges à éviter pour créer le monde de demain.  Réfléchir sur le monde d’après, c’est donc partir du monde d’aujourd’hui pour dépasser et transcender ses limites. Cet...

Qu’est ce qui nous arrive ? Eléments de réponse éclairés par les évènements en cours

Qu’est ce qui nous arrive ? Eléments de réponse éclairés par les évènements en cours En temps de crise, seules la force du bateau et la virtuosité du capitaine comptent La crise du coronavirus est une véritable radiographie de notre pays en révélant ce qu’il contient...

Le Kit Spécial Confinement : Un outil pratique pour favoriser et faciliter la vie d’après

A propos de notre autonomie… Comme dirait l’autre, l’anxiété est l’anticipation de quelque chose qui ne va probablement pas arriver. Nous sommes tous dans cette forme d’incertitude. Personne ne sait quand ni comment ce confinement cessera. Et la société d’aujourd’hui...

Organisation du travail en réseau : Mode d’emploi, avantages et pièges à éviter

Le réseau c’est le lien « si je veux ! » Un réseau est souvent un lieu où convergent et interagissent des hommes et des femmes qui se connectent utilement souvent avec audace et ferveur. Evidemment ces caractéristiques séduisent de plus en plus de professionnels...

La grande dislocation des systèmes hiérarchiques : dissection et explications

La grande dislocation des systèmes hiérarchiques : dissection et explications Une simple constation pour commencer La devise des pionniers est la suivante : La majorité des gens seront d’accord avec moi mais plus tard ! Appliquée au management des organisations, cette...

Devenir soi et pleinement soi : La vraie bonne résolution pour 2020 ?

Devenir soi et pleinement soi : La vraie bonne résolution pour 2021 ? Anthropologiquement,  si notre époque avait une signature ce serait à coup sûr : Devenir soi et pleinement soi ! Nous sommes plus que jamais épris de liberté et de singularisation. Avoir la...

Petit florilège des grandes maladies du management

Petit florilège des grandes maladies du management Les entreprises, comme les êtres humains, peuvent souffrir de troubles de la personnalité. Les plus graves sont : La schizophrénie : l’entreprise est déchirée entre les injonctions paradoxales dues à un contrôle accru...

Management et esprit d’équipe: recette et tour de main

Management et esprit d’équipe : Recette et tour de main ! En management comme ailleurs, l’esprit d’équipe est cette fabuleuse capacité à vivre ensemble des aventures fortes quelles que soient les conditions de températures et de pression ! Mais qu’est ce qui  fonde un...

Utilisation du capital humain: message d’alerte aux managers

Utilisation du capital humain : Message d’alerte aux managers ! Le management doit devenir plus influent et moins arrogant A l’heure où les Hommes sont en concurrence avec les machines, utiliser le capital humain comme un robot, en lui faisant suivre des process, est...

#Management des organisations: Regards sur la logique des leaders d’aujourd’hui

#Management des organisations : Regards sur la logique des leaders d’aujourd’hui…  La rigidité est pilonnée par la nécessaire agilité A quelques exceptions près, l’observation de la vie économique montre que plus une entreprise devient grande, plus elle est orientée...

Mon destin et moi: c’est qui qui décide?

Que nous dit au fond notre destin ? La notion de destin est très diversement appréciée. Une idée se dégage cependant de sa signification et nous pourrions la résumer ainsi : Dans la vie, tu ne choisis pas forcément ton rôle dans la pièce mais tu peux choisir de jouer...

MPM TV

Abonnez-vous à notre newsletter