Manager et réaménager dans l’ère postmoderne: un nouvel art de vivre

Manager et réaménager dans l’ère postmoderne: un nouvel art de vivre?

Les enjeux du manager de demain: De l’art de vivre à  l’envie de travailler ensemble…

Réaménager sans rien planifier

Quelle est la différence fondamentale entre votre maison et un nid d´oiseau ? La réponse est que votre maison a été construite selon un plan reproductible alors qu´un nid d´oiseau est construit selon une intention invariante. Dans la Nature, il n’y a pas de plan. Jamais. Nulle part. Il n’y a qu’une intention précise qui engendre un déploiement plus ou moins stéréotypé.

Réaménager selon une intention

Cette remarque nous amène à  distinguer radicalement la logique de l’assemblage et la logique du déploiement. La logique d’assemblage amène à  trouver des éléments qui correspondent au plan. C´est donc un processus de planification orienté vers un résultat escompté. La logique de déploiement amène à  faire du mieux que l’on puisse avec ce que l’on trouve, ici et maintenant. C´est donc un processus de synchronisation orienté vers l´accomplissement d´une intention.

Le management postmoderne: du plan à  l’intention

L´ère moderne (de la renaissance jusqu´à  nos jours) et sa folle raison a voulu tout planifier et tout assembler pour tout maîtriser  L´habitat et les entreprises de l´ère moderne ont été construits sur ce modèle planificateur. Par définition, les processus de planification sont très sensibles aux imprévus, aux changements et aux aléas contrairement aux processus de synchronisation qui les intègrent naturellement. Or, les aléas, les changements et imprévus vont devenir la norme d´où un besoin pressant de passer de la planification à  la synchronisation c’est-à -dire de passer du plan à  l´intention.

L’intention s’exprime au travers de trois forces qui sont présentes et plus ou moins actives en tout ce qui existe : la force du volume qui induit à  la massivité, la force de la forme qui induit la complexité, et la force de rythme qui induit  la vitalité.

De la massivité à  la synchronisation des enjeux et des désirs…

La planification ne s´occupe que des forces volumiques (massivité) qui engendrent effectivement de la croissance volumique par assemblage. (BIGGER IS BETTER). Dans de tels assemblages, les forces eidétiques (complexité) et rythmiques (vitalité) ne jouent pas,  il n’y a pas de propriétés émergentes.

La valeur ajoutée de la synchronisation par rapport à  la planification sera donc de donner une forme et une vitalité à  l´assemblage qui permettra une progression volumique optimale. (SMALLER OR SMARTER BUT BETTER).

Le management postmoderne: intention et synchronisation dans toutes nos organisations pour retrouver le plaisir de travailler ensemble

Il y a dans cette notion d´intention et de synchronisation, tous les enjeux organisationnels de l´habitat et des entreprises de demain pour redéfinir un nouveau modèle du vivre ensemble et du “travailler” ensemble.