Sélectionner une page

Les 7 revendications de la personne postmoderne

dimanche 7 juillet 2013

Les 7 revendications de la personne postmoderne

La personne postmoderne s´est construite entre explosion et implosion

Les générations nées ou « éduquées » entre les pavés de 1968 à  Paris et la chute du mur de Berlin en 1989 ont fait émerger la personne postmoderne. Le profil de cette personne postmoderne peut être brossé autour de sept revendications : L´authenticité, la bonne santé, l´imitation, la consommation, l´instantanéité, la « glocalisation », la religiosité.
« Etre soi et pleinement soi » : un besoin presque vital à  l´ère postmoderne. L´authenticité occupe très certainement la première place de ces sept revendications postmodernes. « Etre pleinement soi et vraiment soi » se décline selon deux modalités principales. Tout d´abord, le recours à  l´émotion devient un registre privilégié par rapport au recours à  la raison y compris dans les domaines publics et professionnels. Ensuite, le vécu et l´expérience sont souvent préférés aux récits et aux théories. Le succès des émissions de  téléréalité en est la parfaite illustration sur un plan médiatique.
La santé, si je veux ! Une revendication étonnante de la personne postmoderne

Parallèlement à  ce besoin d´authenticité, la personne postmoderne revendique « une bonne santé ». Etre en bonne santé devient un droit exigé par le patient postmoderne en tout cas lorsqu´il le souhaite. Le personnel soignant n´a plus une obligation de moyens, il a une obligation de résultats. Il résulte de ce dictat de la santé, quatre conséquences majeures pour notre système socioéconomiques : L´espérance de vie explose, les dépenses de santé augmentent plus rapidement que le PIB, la santé se judiciarise et enfin la « bobologie » envahit les cabinets médicaux et les services d´urgence dans les hôpitaux. La personne postmoderne souhaite devenir responsable de la durée et de la qualité de sa vie. Elle devient un peu son propre docteur en jouant un rôle en fonction de son mode de vie et/ou de ses addictions dans le contrôle ou le déclenchement de certaines de ses pathologies. L´esthétique et la plastique, par le bien de la chirurgie, sont rentrées dans le giron de cette « bonne santé ». Les corps se modèlent et se mettent en scène de la tête aux pieds pour atteindre ou conserver l´apparence physique rêvée ou désirée. Une nouvelle étape aurait certainement déjà  été franchie avec le clonage si certains garde-fous n´avaient pas été prévus par la loi. 

L´individu moderne s´alliait à  l´autre par raison. La personne postmoderne s´allie à  l´autre par passion.

La troisième revendication de la personne postmoderne est l´imitation. A l´ère moderne, on s´autorisait de soi même, le libre arbitre était roi via le contrat social. A l´ère postmoderne c´est l´autre qui nous intime d´être ce que l´on est via le pacte social (d´où le mimétisme, le tribalisme, le fanatisme). A l´ère moderne, on était citoyen d´un état nation qui se servait de nous. A l´ère postmoderne nous allons devenir objet de notre destin en devenant militant de causes qui nous dépassent. La crise est un décalage entre l´interprétation du monde par les élites et la vie quotidienne et ordinaire des gens d´en bas. Une des conséquences de ce décalage est que la politique et la morale sont en train d´ « exploser en vol ». Le citoyen-sujet de l´ère moderne donne naissance à  un militant objet/rejet de l´ère postmoderne. Il y a un comme retour en force du destin c´est ce retour  en force du destin qui nous jette dans les bras de tribus, de clans ou de communautés plus ou moins éphémères. L´individu moderne se reliait et s´alliait à  l´autre par raison. La personne postmoderne s´allie et se relie à  l´autre par passion. Les affects circulent plus vite que les idées dans ce monde postmoderne. La circulation croissante des humeurs déplace les centres et la nature du pouvoir dans les entreprises et les organisations. Le caractère fondamentalement vertical de la hiérarchie et de l´autorité est de plus en plus concurrencé par le caractère fondamentalement transversal des réseaux et des communautés. La loi du père devient la loi du frère car la raison du père est excluante, clivante et intolérante alors que l´éthique du frère est tolérante, intégrante et fédératrice pour le pire comme pour le meilleur. Dans une tribu on est ensemble avec densité (liaison forte) et intensité (expérience forte) d´où une forte circulation des affects et des phénomènes initiatiques efficaces. Dans un période de mutation qui fragilise et qui déstabilise la plupart des individus modernes, le réconfort relationnel et l´apport initiatique amenés par la tribu expliquent les jeux d´imitation auxquels se prête la personne postmoderne. 

L´individu moderne était producteur. Son successeur  postmoderne  est consommateur

Parmi les sept revendications de la personne postmoderne, celle de consommer est certainement la plus spectaculaire. L´individu moderne était producteur. Son successeur  postmoderne est consommateur farci de publicité et en quête de différenciation par rapport aux autres. La personne postmoderne ne reporte plus sa jouissance. L´argent devient l´instrument d´une conquête du  présent. Il en résulte un pouvoir d´achat en  décalage avec ses pulsions consommatrices. Cette observation explique que la perception du pouvoir d´achat est une question centrale dans la société d´aujourd´hui. C´est précisément pour résoudre cette inadéquation perpétuelle entre pouvoir d´achat et pulsions consommatrices que les générations futures auront besoin, non pas de croissance durable, mais d´enveloppement durable pour exister autrement qu´à  travers des billets de banques. En effet, nous sommes passés d´une consommation planifiée pour demain à  une  consommation « instantanée » ce qui explique aussi que le consommateur postmoderne soit plus volatil, plus inconstant et plus alternant que le consommateur moderne. Ce phénomène s´explique non par perte de repères mais au contraire par multiplication et fragmentation des repères. Cette atomisation des repères peut s´expliquer par une angoisse du futur généré par sa propre incertitude. Cette angoisse du futur à  deux conséquences sur la nature de la consommation postmoderne : la première est que l´on consomme de plus en plus dans sa sphère proche. Cette relocalisation de la consommation reflèterait donc en partie un reflexe de protection. Là  deuxième est que l´on consomme en se jetant dans les bras de ses semblables pour mutualiser les craintes et les incertitudes d´où le phénomène des tribus et de leurs signes distinctifs. Le passage d´une consommation planifiée et souvent délocalisée à  une consommation instantanée et relocalisée est aussi le reflet d´un phénomène allergique à  la consommation accumulatrice et envahissante de l´ère moderne.

La personne postmoderne a fait de l´instantanéité une règle

L´instantanée et surtout ses illusions est la revendication liée au temps de la personne postmoderne. Le rapport au temps de l´individu est en réalité intiment lié à  l´histoire des moteurs. Le  moteur à  vapeur a permis de changer la vision du monde en découvrant de ses propres yeux des paysages étrangers. Le moteur à  explosion a permis un gain d´espace et de temps en permettant d´aller partout en un minimum de temps en particulier avec l´essor de l´aviation. Le moteur de la fusée a permis de s´affranchir de l´attractivité terrestre et de contempler la planète entière en un coup d´œil. Le quatrième moteur est le moteur informatique assurant une accélération sans précédent du temps de transmission des flux de données. L´instantanéité devient la règle. Le résultat de cette course au temps est très paradoxal. En effet, tout a été fait techniquement pour s´affranchir du temps et pourtant la personne postmoderne est souvent prisonnière des urgences qu´elle a elle-même créées en étant parfois dépassée par les évènements.

La personne postmoderne navigue entre Terre et Terroir

Le sentiment de pouvoir être partout, tout le temps, en restant chez soi, dans un monde hyper connecté, a donné naissance à  la revendication spatiale de la personne postmoderne : la « glocalisation ». Ce terme émane bien entendu d´une contraction des mots global et local en pointant du doigt qu´il existe désormais la possibilité de réconcilier des réalités globales et des particularités locales. Le « glocal » signifie à  la fois la réduction du monde et la prise de conscience que le monde est un tout. Comme le souligne Marc Halevy dans un de ses livres nous sommes tous désormais entre Terre et Terroirs géographiques, économiques, culturels, spirituels etc.   

La personne postmoderne a fait voler en éclat les valeurs universelles

La religiosité et la septième revendication de la personne postmoderne. C´est bien évidemment la revendication la plus spirituelle. Comme nous l´avons évoqué dans un précédent épisode, les institutions religieuses dans les sociétés occidentales ne mobilisent plus ou mobilisent moins. Mais, un mythe chasse l´autre ! En effet, dans cette époque postmoderne naissante, on croit toujours voir même plus qu´avant. En revanche, la nature et la fidélité aux croyances à  changer. D´abord on croit en dehors des institutions et des valeurs universelles. Ensuite, on croit de manière plus nomade et plus éphémère. Tout se passe comme si on croyait à  plusieurs choses en fonction de l´heure et du lieu. On est passé de la religion et sa morale dogmatique à  la religiosité et son éthique pragmatique. La personne postmoderne envisage désormais son salut sur un mode très subjectif, très atomisé et non hiérarchisé. La préoccupation essentielle du salut de la personne postmoderne est de répondre, en écho, à  ses émotions du moment dans un lieu donné. 

La personne postmoderne face à  ses défis

Evidemment, ces sept revendications de la personne postmoderne façonnent déjà  et façonneront encore plus demain le modèle sociétal de l´après modernité. Toute la question est de savoir si les nouvelles « aspirations » de la personne postmoderne seront utiles et compatibles avec les défis énergétiques, économiques et écologiques qui sont devant nous ?

 

Articles conseillés

Comment bien vieillir malgré tout?

Comment bien vieillir malgré tout ? Regard décalé sur une certaine Sagesse*. Mieux vaut être en travaux plutôt qu’un produit fini ! Voilà une bonne résolution pour bien vieillir. La caractéristique de ce qui est vivant est de se transformer. Le parti pris de la...

Parfums d’été

Parfums d’été Le management, au fond, c’est réaliser des choses extraordinaires à partir de choses ordinaires grâce à des managers à la fois vrais et hors normes. Six parfums composent l’alchimie de ce type de leadership : un parfum de noblesse dans l’intention, un...

Management des organisations : Réflexion de fond sur le pilotage de la performance

Management des organisations : Réflexion de fond sur le pilotage de la performance En management, comme ailleurs, le problème n'est pas de piloter l’activité à l’aide d’indicateurs clés ou de révolutions technologiques X ou Y. Le vrai problème est de savoir si les...

Peut-on (encore) faire confiance au progrès technologique ?

Peut-on (encore) faire confiance au progrès technologique ? Ce début de XXI siècle est décidément un mélange très tumultueux entre des promesses de progrès inimaginables au XX siècle et des stigmates très persistants du « vieux monde » comme disent certains....

Le management peut-il réinventer l’espace-temps du travail ?

Lieux et liens au travail sont très cloisonnés. Le contrat de travail prévoit un lieu de travail précis mais ne prévoit aucun lien précis entre les personnes sauf des liens hiérarchiques. Le management peut-il réinventer le temps et l’espace économique ?

Dé-chainez-vous !

Dé-chainez-vous, cela fait un bien fou ! La liberté, çà ne se donne pas, ça se gagne… On ne naît pas libre, on n'est pas libre, on le devient et le chemin pour le devenir passe par un difficile et long travail intérieur à mener sur trois voies parallèles : la clarté...

le grand virage des managers

Pourquoi avons-nous besoin de nouveaux managers dans le paradigme en devenir ? La finalité d'une entreprise n'est ni de créer de l'emploi, ni d'enrichir ses actionnaires. La finalité d'une entreprise est de créer de la valeur d'usage et d'enrichir ses savoir-faire....

Management des organisations : Il est temps d’être « politiquement incorrect » !

Management des organisations : Il est temps d’être « politiquement incorrect » ! Technologiquement, on a déjà inventé l’entreprise de demain. Tout le monde peut s’en apercevoir pour le pire et le meilleur. En revanche, humainement parlant, on peine à trouver de...

Sérendipité ou l’art d’avoir de la chance

Sérendipité ou comment saisir les opportunités dans un monde devenu imprévisible ? La sérendipité est un mot à l’histoire singulière. Sur le plan phonétique, il n’a ni le charme ni l’usage commun de son homologue anglais (serendipity). Le sens le plus profond de ce...

Place de l’intuition dans le management des entreprises en période d’incertitude

"Le cœur a ses raisons que la raison ne connaît pas". Cette célèbre citation signifie-t-elle un abandon de la raison, une incitation à une irrationalité ou encore plaide-elle pour un antirationalisme ? Non pas tout du tout. Il ne s'agit pas de cela. Il s'agit juste de...

La FéminiTé, une parfaite illustration des années en Té…qui nous attendent

Chacun le constate au quotidien : Le monde devient turbulent, effervescent voire violent. Nous vivons, irrésistiblement et irréversiblement, le passage d’un monde à un autre. Nous vivons aussi, plus ou moins douloureusement, le passage d’une logique à une autre avec à...

Les big data de la motivation

Big data de la motivation La motivation : un bien précieux en période de saturation La plupart des entreprises et des organisations sont confrontées à  un changement de modèle économique. A ces profonds changements, potentiellement déstabilisants pour les...

(R)évolution des modèles managériaux : Freins et leviers potentiels

(R)évolution des modèles managériaux : Freins et leviers potentiels En management, l’important n’est pas d’exiger mais d’obtenir. Cette nuance doit nous faire réfléchir sur les évolutions à apporter à nos techniques managériales. Cette introduction est d’autant plus...

Intelligence Amplifiée : Va-t-on vers une fusion des cerveaux entre l’Homme et la Machine ?

Intelligence Amplifiée : Va-t-on vers une fusion des cerveaux entre l’Homme et la Machine ? Les nouvelles techniques ne sont ni bonnes ni mauvaises, tout dépend ce que l’on en fait. Au fond, l’utilisation des techniques ne fait que révéler l’humain à lui-même ! Ce...

Le travail et nous en 2021 : Quelques éclairages sur une relation ambiguë

Dans 50 ans, travaillera-t-on encore ? En 1945, 60% de la population était rurale et travaillait dans les champs. Aujourd’hui moins de 2% de la population active est nécessaire pour nourrir les 98% restant. Les progrès techniques, l’automatisation, la mise en place...

2021, l’année en Té ?

2021 sera-t-elle l’année des opportuniTés ? Peut-être ! Alors, petit tour d'horizon de ce qui pourrait nous attendre ! Té comme CompléxiTé  La complexité, parce qu'elle induit de l'imprévisibilité, engendre une incertitude croissante. La seule réponse à cette...

La digitalisation : Une échasse pour une intelligence augmentée ou une béquille pour une humanité diminuée ?

La digitalisation : Une échasse pour une intelligence augmentée ou une béquille pour une humanité diminuée ? Une époque c’est d’abord un contexte technologique ! Comme toujours, l’éthique d’une époque doit se contextualiser au travers de ses révolutions...

Le Kit Spécial Déconfinement pour bien vivre avec le coronavirus et après !

A propos de notre autonomie… Comme dirait l’autre, l’anxiété est l’anticipation de quelque chose qui ne va probablement pas arriver. Nous sommes tous dans cette forme d’incertitude. Personne ne sait quand ni comment ce confinement cessera. Et la société d’aujourd’hui...

Le progrès

C’est quand tout va mal (ou presque)…que nous devons repenser la notion de progrès Une société lassée, désabusée, divisée et fatiguée…mais par quoi au juste ? Le Progrès au fond se résume souvent dans une tentative de libérer l’Homme de ses principales contraintes....

Management des organisations : Ce n’est pas une révolte chef, c’est une révolution !

Management des organisations : Ce n’est pas une révolte chef, c’est une révolution ! Mais qu’est ce qui arrive aux managers ? Sauf exception, plus une entreprise devient grande, plus elle est orientée vers des résultats à court terme, plus elle devient bureaucratique...

MPM TV

Abonnez-vous à notre newsletter