Management de la société de demain : regards sur une évolution en cours !

Management de la société de demain : regards sur une évolution en cours !

management mpmManagement de la société de demain : un lieu de liberté ou un lieu de sécurité ?

Il y a aujourd’hui deux grandes conceptions possibles de notre société : On peut la voir comme un lieu de la préservation des droits individuels ou comme un lieu de la construction des devoirs collectifs. A partir de ces deux représentations, notre société doit-elle devenir un lieu d’épanouissement authentique pour chacun ou un lieu d’ajustement mutuel minimal ? Autrement dit, des deux propensions à la distinction et l’intégration, laquelle doit-elle être amplifiée et laquelle atténuée ? De cette réponse (certainement politique) dépendra le prochain curseur entre sécurité collective et liberté personnelle. Cette réflexion est d’autant plus d’actualité que notre société se communautarise pour le pire comme parfois aussi pour le meilleur. Une chose est certaine dans cette multitude de questions : notre époque est caractérisée par une opposition entre société (le fameux « vivre ensemble ») et communautés (vivre « entre soi ») et à travers cette opposition se cache une compétition : une compétition entre un espace de solidarité, d’identité et de sécurité offert par la communauté et un espace de valeurs plus universelles mais faiblissantes (Liberté, Egalité, Fraternité) offerte par la société.

Management de la société de demain : de fortes oppositions ou la grande réconciliation ?

Pour éviter de tomber dans le piège d’un communautarisme belliqueux et nous faire choisir entre sécurité et liberté, notre société doit combler deux distances pour que le fameux « vivre ensemble » devienne une réalité : la distance qui sépare telle communauté et les réalités c’est-à-dire l’écart à la « conformité » et la distance qui sépare les mondes communautaires entre eux c’est-à-dire l’écart à la « fraternité ».nature mpm

En nos jours de grande crainte des migrations et des migrants, rappelons que l’identité et la fraternité ne sont pas incompatibles. Ce couple identité/fraternité peut même former une vraie richesse si :

  • Mon identité n’est pas ce que je suis, mais bien ce que je veux devenir.
  • Ma fraternité n’est pas envers ce que l’autre est, mais bien envers ce que nous pouvons construire ensemble.

Evidemment cet état d’esprit doit être réciproque entre les personnes engagées dans ce processus. La cohérence d’une société réinventée pourrait même s’appuyer sur le fait que ses différentes identités connaissent, durant une certaine période, une évolution conjointe et d’autant plus forte que le réseau qui la sous-tend est résilient ! le schéma ci-dessous pourrait à merveille illustrer cette vision d’une organisation résiliente, libératrice et sécurisée réussissant la synthèse entre société et communauté.

Management de la société de demain : un équilibre entre individuation et intégration ?

Management of complexityEn management, l’individuation consiste à assumer, à développer et à affirmer ses propres différences avec son écosystème tandis que l’intégration consiste à assumer, à développer et à affirmer sa nécessaire interdépendance avec ce même écosystème. Toute évolution de l’organisation d’une société est le fruit d’une harmonie et d’une sagesse entre ce qui nous différencie et ce qui nous intègre en sachant que deux puissants freins peuvent venir entraver à tout moment ce processus d’évolution :

  • Le sentiment d’isolement qui est un désir d’interdépendance, de reliance ou de partage refusé par les circonstances ou par les faits.
  • Le sentiment d’envahissement qui est une sensation de promiscuité, de présence ou d’insistance inopportune venu de l’exterieur.

La prise de conscience de ce processus d’évolution et de ses freins sera certainement à la base de la réconciliation plus ou moins claire, plus ou moins profonde et plus ou moins nette entre société et communauté

Management de la société de demain : un changement d’idéal ?

Jusqu’à présent le « vivre ensemble » ou la diversité partait du principe qu’il est possible d’assembler les gens les uns à côtés des autres sans être vraiment les uns avec les autres. Le Hic de ce raisonnement dans « la vraie vie » est que l’idéal « sociétal » est en train de changer. Au XXème siècle, peut-être par orgueil, la grande idée sociétale c’était réussir dans la vie ! Au XXIème siècle, surement par modestie, la grande idée sera de réussir sa vie ! MPM

Ce n’est pas du tout la même problématique. Ne nous étonnons donc pas des changements émergeant sous nos yeux. En effet, si réussir dans la vie peut répondre à des recettes universelles, réussir sa vie ne répond pas à l’évidence à une recette universelle. La société de demain ne pourra donc plus être ce bloc homogène et universelle. Elle peut en revanche devenir une mosaïque hétérogène réconciliant liberté de chacun et sécurité de tous si toutes les communautés la constituant prennent sens et valeur au service d’une cause qui les dépasse et les transcende.

Management de la société de demain : communautaire ou autoritaire ?

Pour rester sur un projet cohérent, le passé d’une société (au fond sa culture) doit construire le présent de ses communautés, tout comme le présent des communautés doit construit le futur de la société. Demain, une société, sans la force de ses communautés, n’a aucun avenir tout comme une communauté, sans l’assise de sa société, n’a aucun présent. Cette grande réconciliation entre société et communautés sera rendue possible par une logique de résolution des conflits tout à fait nouvelle. En effet, dans une société autoritaire, la suite logique des résolutions des conflits passe d’abord par le pouvoir, puis si résistance on passe au droit, puis si résistance encore on passe à la négociation avant de finir si besoin par « céder » pour se débarrasser ! les exemples de cette suite logique de mise à mal de l’autorité républicaine par exemple sont légions et souvent très médiatisés. Dans une société communautaire, la suite logique de résolutions des conflits devra nécessaire s’inverser : On commencera donc par donner de soi-même, puis si résistance on passera à la négociation, puis si résistance encore on passera par le droit avant si besoin de passer à la lutte de pouvoir ! C’est précisément cette inversion de logique que nous devons viser si, à l’avenir, nous souhaitons nous épargner un choix très douloureux entre notre liberté et notre sécurité.

MPM hiverManagement de la société de demain : plus naturel et moins artificiel ?

Oui la vie n’est pas toujours à l’eau de rose et c’est tant mieux, car rappelons que la rose a bien plus d’épines que de pétales. Elle est de plus très éphémère car à peine épanouie, elle se fane et perd ses beaux pétales pour ne garder que ses épines qui sèchent et se durcissent. Alors en cette année 2016, souhaitons-nous une vie multicolore car au fond c’est certainement celle qui est la plus naturelle, la plus vraie et la moins « artificielle » !