Sélectionner une page

Intelligence Amplifiée : Va-t-on vers une fusion des cerveaux entre l’Homme et la Machine ?

jeudi 14 janvier 2021

Intelligence Amplifiée : Va-t-on vers une fusion des cerveaux entre l’Homme et la Machine ?

Les nouvelles techniques ne sont ni bonnes ni mauvaises, tout dépend ce que l’on en fait.

Au fond, l’utilisation des techniques ne fait que révéler l’humain à lui-même ! Ce début de XXI siècle confirme cette réalité avec un mélange très tumultueux entre des promesses de progrès inimaginables au XX siècle et des stigmates très persistants du « vieux monde » comme disent certains. L’actualité quotidienne ne fait, au fond, que refléter cette phase de transition. La peur du déclassement social d’un côté et les bonds en avant de l’intelligence artificielle de l’autre sont peut-être les deux symboles les plus forts de cette précaire cohabitation entre deux mondes, deux logiques, deux paradigmes qui se croisent sans se comprendre. Aujourd’hui, dans les sociétés dites de progrès, nous vivons un étrange paradoxe : Les technologies sont, en effet, considérées à la fois comme la solution et le problème à pas mal de nos problèmes. La technologie semble même être au centre de tout. Via l’intelligence artificielle, elle se permet même de défier l’Homme ! Remarquons au passage qu’elle se permet cela au moment même où elle apprend aussi à parler et à écouter. (Cf les enceintes connectées et autres)

Pire que d’être exploité, être inutile !

Pour la première fois de notre histoire, la technologique ne va pas créer une classe d’exploités mais potentiellement une classe d’inutiles. En effet, que faire des gens quand l’intelligence artificielle fera le job de Monsieur Tout le Monde, mieux que Monsieur tout le Monde ? Nous verrons bien. Une choses est certaine : L’inégalité n’est jamais aussi forte que quand les classes moyennes perdent leur utilité économique car c’est à ce moment-là qu’elles sont délaissées par les états et les élites. Personne ne maltraite vraiment son personnel tant qu’il est utile. Mais quand il devient inutile, on n’est certes plus exploité mais souvent oublié. Les chevaux sont devenus inutiles quand on a inventé le tracteur. Les ouvriers sont devenus inutiles quand on a robotisé les chaines de montages. Et bientôt les médecins pourraient devenir inutiles si les robots nous soignent mieux et plus vite qu’eux.

En plus d’être parfois envahissante, la technique est aussi très déconcertante.

Alors que la planète est entièrement connectée, remarquons que nous n’avons peut-être jamais été aussi seuls devant nos problèmes. Comment expliquer ce paradoxe ? Peut-être en rappelant que depuis toujours, les sociétés humaines reposent sur un besoin de « faire confiance à quelque chose » pour se rassurer sur ce qui nous angoisse ou nous inquiète. Historiquement, l’Homme pour se libérer de ses angoisses a d’abord fait confiance à la Magie (l’époque Mythologique), puis à Dieu (l’époque Théologique), puis à lui-même (l’époque Humaniste). Il semblerait qu’il s’organise désormais un transfert de confiance vers la Machine et c’est cela qui explique l’explosion de l’intelligence artificielle. L’intelligence artificielle est donc peut être un transfert de compétences (nous verrons bien dans quelques temps) mais d’ores et déjà un transfert de confiance d’où la conduite autonome, les diagnostiques automatisés en médecine, les recrutements pilotés par algorithmes comportementaux…etc. C’est ni bien ni mal, il faut juste bien comprendre le cheminement pour prendre la distance nécessaire. En revanche, on se sent aujourd’hui plus dépassé qu’augmenté par toutes ces nouvelles techniques et c’est cela qui nous rend de nouveau seul devant nos problèmes désormais existentiels.

Chaque progrès crée ses propres richesses et les inégalités qui vont avec.

A l’ère agricole, la terre était l’actif le plus précieux. Elle a donné à manger à beaucoup plus de  monde qu’à l’ère des chasseurs cueilleurs mais a créé les aristocrates et les roturiers. L’ère industrielle et la mondialisation ont fait sortir de la grande pauvreté des millions de gens et ont créé des inégalités économiques en termes d’argent, sans précédent, mais encore acceptables par la création d’une classe moyenne utile pour produire la croissance industrielle. L’ère numérique et l’intelligence artificielle créeront une vie augmentée (QI, espérance de vie, force physique et cognitives….) potentiellement accessible à tous. En revanche, la valeur productive des masses dans une économie basée sur l’intelligence artificielle étant beaucoup plus faible que dans une économie industrielle, la tentation de se débarrasser des « inutiles » sera très grande. Espérons alors qu’au lieu d’utiliser des humains déclassés manipulés par des ordinateurs augmentés, l’économie tentera de développer des humains augmentés manipulant des ordinateurs laissés à leur juste utilité. Mais ce scénario optimiste n’est pas certain. En effet, l’intelligence artificielle a le pouvoir de concentrer les intelligences dans les mains de quelques-uns ce qui sera potentiellement la porte ouverte à d’infames dictatures politiques, économiques, philosophiques et même peut être carrément éthiques.  

Le progrès demande toujours une élévation de conscience pour donner le meilleur de lui même

De même que le poisson ne craint pas la pluie, l’intelligence artificielle est à l’abri des sentiments, ressentiments et état d’âme et c’est même parfois pour cela qu’elle séduit tant certains. Avons-nous suffisamment de conscience pour se faire conduire par l’Intelligence Artificielle ? Nous le verrons très prochainement. En attendant, nous allons tout droit vers une bataille féroce entre intelligence artificielle et conscience humaine. Le vrai problème avec les futurs robots ce n’est pas la technique qu’ils embarquent à bord mais la folie et les intentions des humains qui exploiteront cette technique. Au fond, il est plus facile de déboguer un logiciel que de reformater un humain non ? La chose la plus effrayante avec les robots c’est qu’ils sont des amplificateurs. Mais des amplificateurs de quoi ? De la bienveillance ou de la malveillance ? De l’Humanisme ou de l’Antihumanisme ? Avec les algorithmes, on gagne souvent dans la puissance de traitement de l’information, en revanche on perd toujours les notions de compromis, de nuances, de zones grises si chères à l’Homme…car contrairement à l’Homme, un algorithme est toujours binaire.

Pour conclure

Avec les progrès notamment industriels, il y a toujours eu des castes technologiques (ouvriers plus ou moins qualifiés, techniciens, ingénieurs, docteurs…). Avec les progrès des sciences de la vie, il pourrait y avoir des castes biologiques (les immortels et les autres, les augmentés et les autres…). La question est centrale car si les algorithmes segmentent de cette manière l’Humanité, ils seront rejetés peut être encore plus rapidement que la religion et la politique ont été rejetées. Alors, les big data (les vaches à data) sauront-elles optimiser le potentiel humain de demain ou resteront -elles des centres de profits pour les entreprises de demain (des vaches à lait) ? De même que nous, les humains, résolvons la plupart de nos problèmes en ressentant les choses, l’Intelligence artificielle utilise d’autres moyens (essentiellement des énormes capacités de calcul algorithmique). La sagesse voudrait que l’on se dirige vers une intelligence amplifiée par coopération plutôt qu’une compétition mais l’histoire ne prend pas toujours le chemin de la sagesse. Notre pensée (qui ne se résume pas, loin s’en faut, à notre cerveau) est en phase de transition aujourd’hui car elle est prise en tenaille entre une machinerie mécaniste implacable (l’intelligence artificielle) qui pond des algorithmes d’une exactitude et d’une rigidité extrêmes pour guider nos gestes et nos actions et la lucidité et la profondeur de notre psychologie et de notre philosophie qui s’acharnent à vouloir garder le libre-arbitre de nos comportements et de notre système de valeur. Le débat entre intelligence artificielle et intelligence humaine se tranchera donc par le haut en répondant à la question : Qui sera au service de quoi ou qui sera au service de qui ? Cette question est cruciale car il n’existe pas de liberté sans faire de choix. Or si l’intelligence artificielle se met à faire tous les choix à notre place, est ce que l’on va vraiment rester libre ?

 

Articles conseillés

Management des organisations : Réflexion de fond sur le pilotage de la performance

Management des organisations : Réflexion de fond sur le pilotage de la performance En management, comme ailleurs, le problème n'est pas de piloter l’activité à l’aide d’indicateurs clés ou de révolutions technologiques X ou Y. Le vrai problème est de savoir si les...

Peut-on (encore) faire confiance au progrès technologique ?

Peut-on (encore) faire confiance au progrès technologique ? Ce début de XXI siècle est décidément un mélange très tumultueux entre des promesses de progrès inimaginables au XX siècle et des stigmates très persistants du « vieux monde » comme disent certains....

Le management peut-il réinventer l’espace-temps du travail ?

Lieux et liens au travail sont très cloisonnés. Le contrat de travail prévoit un lieu de travail précis mais ne prévoit aucun lien précis entre les personnes sauf des liens hiérarchiques. Le management peut-il réinventer le temps et l’espace économique ?

Dé-chainez-vous !

Dé-chainez-vous, cela fait un bien fou ! La liberté, çà ne se donne pas, ça se gagne… On ne naît pas libre, on n'est pas libre, on le devient et le chemin pour le devenir passe par un difficile et long travail intérieur à mener sur trois voies parallèles : la clarté...

le grand virage des managers

Pourquoi avons-nous besoin de nouveaux managers dans le paradigme en devenir ? La finalité d'une entreprise n'est ni de créer de l'emploi, ni d'enrichir ses actionnaires. La finalité d'une entreprise est de créer de la valeur d'usage et d'enrichir ses savoir-faire....

Management des organisations : Il est temps d’être « politiquement incorrect » !

Management des organisations : Il est temps d’être « politiquement incorrect » ! Technologiquement, on a déjà inventé l’entreprise de demain. Tout le monde peut s’en apercevoir pour le pire et le meilleur. En revanche, humainement parlant, on peine à trouver de...

Sérendipité ou l’art d’avoir de la chance

Sérendipité ou comment saisir les opportunités dans un monde devenu imprévisible ? La sérendipité est un mot à l’histoire singulière. Sur le plan phonétique, il n’a ni le charme ni l’usage commun de son homologue anglais (serendipity). Le sens le plus profond de ce...

Place de l’intuition dans le management des entreprises en période d’incertitude

"Le cœur a ses raisons que la raison ne connaît pas". Cette célèbre citation signifie-t-elle un abandon de la raison, une incitation à une irrationalité ou encore plaide-elle pour un antirationalisme ? Non pas tout du tout. Il ne s'agit pas de cela. Il s'agit juste de...

La FéminiTé, une parfaite illustration des années en Té…qui nous attendent

Chacun le constate au quotidien : Le monde devient turbulent, effervescent voire violent. Nous vivons, irrésistiblement et irréversiblement, le passage d’un monde à un autre. Nous vivons aussi, plus ou moins douloureusement, le passage d’une logique à une autre avec à...

Les big data de la motivation

Big data de la motivation La motivation : un bien précieux en période de saturation La plupart des entreprises et des organisations sont confrontées à  un changement de modèle économique. A ces profonds changements, potentiellement déstabilisants pour les...

(R)évolution des modèles managériaux : Freins et leviers potentiels

(R)évolution des modèles managériaux : Freins et leviers potentiels En management, l’important n’est pas d’exiger mais d’obtenir. Cette nuance doit nous faire réfléchir sur les évolutions à apporter à nos techniques managériales. Cette introduction est d’autant plus...

Intelligence Amplifiée : Va-t-on vers une fusion des cerveaux entre l’Homme et la Machine ?

Intelligence Amplifiée : Va-t-on vers une fusion des cerveaux entre l’Homme et la Machine ? Les nouvelles techniques ne sont ni bonnes ni mauvaises, tout dépend ce que l’on en fait. Au fond, l’utilisation des techniques ne fait que révéler l’humain à lui-même ! Ce...

Le travail et nous en 2021 : Quelques éclairages sur une relation ambiguë

Dans 50 ans, travaillera-t-on encore ? En 1945, 60% de la population était rurale et travaillait dans les champs. Aujourd’hui moins de 2% de la population active est nécessaire pour nourrir les 98% restant. Les progrès techniques, l’automatisation, la mise en place...

2021, l’année en Té ?

2021 sera-t-elle l’année des opportuniTés ? Peut-être ! Alors, petit tour d'horizon de ce qui pourrait nous attendre ! Té comme CompléxiTé  La complexité, parce qu'elle induit de l'imprévisibilité, engendre une incertitude croissante. La seule réponse à cette...

La digitalisation : Une échasse pour une intelligence augmentée ou une béquille pour une humanité diminuée ?

La digitalisation : Une échasse pour une intelligence augmentée ou une béquille pour une humanité diminuée ? Une époque c’est d’abord un contexte technologique ! Comme toujours, l’éthique d’une époque doit se contextualiser au travers de ses révolutions...

Le Kit Spécial Déconfinement pour bien vivre avec le coronavirus et après !

A propos de notre autonomie… Comme dirait l’autre, l’anxiété est l’anticipation de quelque chose qui ne va probablement pas arriver. Nous sommes tous dans cette forme d’incertitude. Personne ne sait quand ni comment ce confinement cessera. Et la société d’aujourd’hui...

Le progrès

C’est quand tout va mal (ou presque)…que nous devons repenser la notion de progrès Une société lassée, désabusée, divisée et fatiguée…mais par quoi au juste ? Le Progrès au fond se résume souvent dans une tentative de libérer l’Homme de ses principales contraintes....

Management des organisations : Ce n’est pas une révolte chef, c’est une révolution !

Management des organisations : Ce n’est pas une révolte chef, c’est une révolution ! Mais qu’est ce qui arrive aux managers ? Sauf exception, plus une entreprise devient grande, plus elle est orientée vers des résultats à court terme, plus elle devient bureaucratique...

Employabilité : Prêt pour le monde d’après ?

Employabilité : Prêt pour le monde d’après ? La crise du coronavirus accélère la mutation du marché du travail En termes d’employabilité, le sujet du télétravail a sans aucun doute dominé les débats ces derniers temps mais il n’est au fond que l’écume du vrai sujet....

Le monde d’après : Une promesse éternelle une fois encore recyclée ?

Le monde d’après : Une promesse éternelle une fois encore recyclée ? La sidération de l’ensemble des gouvernements mondiaux devant la pandémie du coronavirus a mis en lumière deux choses inerrantes à l’économie mondialisée dans laquelle nous baignons. La première de...

MPM TV

Abonnez-vous à notre newsletter