Sélectionner une page

La grande dislocation des systèmes hiérarchiques : dissection et explications

mercredi 12 février 2020

La grande dislocation des systèmes hiérarchiques : dissection et explications

Une simple constation pour commencer

La devise des pionniers est la suivante : La majorité des gens seront d’accord avec moi mais plus tard ! Appliquée au management des organisations, cette devise explique qu’un nouveau paradigme est déjà en train d’émerger. En effet, quand tu fais toujours plus de la même chose en espérant un résultat différent, il n’y a pas le moindre espoir que les choses s’améliorent, bien au contraire. En période de profonds changements, les « lois » du management ne traduisent plus les « voies » de l’engagement. Toutes les études faites sur ce sujet le démontrent : 15% à peine des salariés sont réellement engagés dans leur mission. Face à ce désengagement souvent souterrain, de nombreux artifices sont utilisés pour améliorer le bien-être au travail. Chacun a un exemple en tête dans son entreprise ou dans celle d’un collègue. La réalité est pourtant ailleurs. En effet, quand le train ralentit (panne de motivation), il est plus utile d’alimenter la locomotive (en revisitant en profondeur les leviers de motivation) que de changer de wagons (ce qui revient à un pur changement de façade). Pour redonner un vrai sens au travail, il est temps de revoir l’organisation du travail. Mais n’anticipons pas trop et pour l’instant regardons d’abord d’où vient le mal.

Petite histoire d’une lente dislocation….

Dans les entreprises aujourd’hui, ce n’est pas parce que tu chapeau(tes) une équipe qu’il faut te prendre pour une tête ! En effet, quel que soit ton niveau d’intelligence, des ennuis en management tu en as chaque année…et parfois elles s’accumulent en te donnant l’impression que celles de l’année prochaine sont déjà là. Partout, les institutions sont en crise et le système est contesté. L’entreprise et son encadrement n’échappe pas à cette tendance. Le fameux dégagisme n’est au fond que le symptôme d’un sentiment diffus et confus d’un rejet de ce qui vient d’en haut et de cet « ordre froid » pompant plus d’énergie et de ressources au système qu’il en apporte. Partout, autorité et organigramme ne sont plus forcément synonymes. Tout se passe comme si on assistait à une lente mais profonde dislocation des systèmes hiérarchiques. Pour tenter d’expliquer cette dislocation (sans la valider ni l’avaliser), remarquons que les entreprises très hiérarchisées sont généralement managées de manière très dogmatique. Dans ces organisations, on accorde parfois plus d’importance aux tableaux de bord qu’à la vie à bord avec un management très souvent mécanique. Ce management ne conquiert plus le « cœur des hommes » car il a oublié que la volonté d’obéir est parfois puissante mais souvent aveugle. Pour perdurer, l’obéissance doit toujours être complétée par un désir d’engagement très éclairant.  

Les 7 étapes de la chute d’un système hiérarchique

L’observation de la dislocation des systèmes hiérarchiques montre un processus en sept étapes pouvant être recapitulé ainsi

  1. Les systèmes hiérarchiques engendrent des systèmes mécaniques pour résoudre les problèmes.
  2. Ces systèmes mécaniques consomment des ressources matériels (du capital) et immatériels (des ressources humaines) pour fonctionner.
  3. Face à la complexité croissante de nos environnements, ces systèmes mécaniques ontdes coûts croissants et une efficacité décroissante.
  4. Le déclin de cette efficacité, (liés aux réductions de couts parfois inéluctables) engendre des poussées de tensions dans le système
  5. Ces tensions engendrent des doutes croissants sur le bien-fondé des systèmes hiérarchiques et alimentent des forces de résistance et de sécession.
  6. Au-delà d’un certain seuil, ces résistances et cette sécession provoquent le dysfonctionnement du système hiérarchique et des systèmes mécaniques
  7. Cette dislocation n’est pas une catastrophe, mais une opportunité pour revoir de fond en comble les moyens de gouvernance d’une entreprise dans un monde complexe

Quand on ne parle pas le même langage, il est difficile de se comprendre !

Pour poursuivre l’analyse de cette dislocation, disons que ce qui frappe l’esprit aujourd’hui beaucoup plus qu’hier, c’est que plus personne ne semble vraiment se comprendre au-delà de son cercle. Cette constation est une réalité dans la société comme dans les entreprises. Entre les différents niveaux hiérarchiques, au-delà de quelques mots creux et/ou corporate, plus personne ne parle la même langue. Toute communication, tout échange est très approximative et très superficiel. Toute écoute, même attentive, devient une vague traduction de ce qu’il y a à mettre en œuvre. Le malentendu est la règle ! Mais d’où viennent ces profonds malentendus ? A l’évidence, les bases sur lesquelles reposaient les techniques managériales ont muté. Depuis le fameux taylorisme, le management mécanique est calé sur le triptyque verticalité-tradition-durée. Il doit, depuis l’apparition puis l’explosion du numérique, affronter la déferlante horizontalité-innovation-immédiateté. Cette déferlante a une conséquence : Chacun a sa vérité sans hiérarchie les uns par rapport aux autres…

Mais au fond, qu’est ce qui a tant éloigné le cœur des hommes de leur travail ?

Depuis toujours, la réussite des systèmes hiérarchisés reposent sur ses relais, c’est-à-dire le middle management. La crise identitaire qu’il a subi explique en grande partie l’implosion lente et diffuse de la hiérarchie. Cette crise est due à un statut rattaché à l’autorité sans l’autonomie et le pouvoir de décision qui vont avec. Ce paradoxe « a essoré » le middle management en l’obligeant à préférer la consigne à la conscience. L’erreur du top management a été de confondre rationalisation et optimisation. La rationalisation vise à éliminer ce qui n’est pas quantifiable. A l’inverse, l’optimisation vise à obtenir le meilleur qualitatif possible avec le moins de « quantitatif » possible. L’observation montre que pour obtenir l’engagement des personnes, le management doit être optimisant mais pas forcément rationnel. Grande victime de cette regrettable confusion entre optimisation et rationalisation, le middle-management supporte de plus en plus mal la « pression rationaliste ». En conséquence, il n’a parfois même plus envie de faire semblant !

Pour conclure….

Le fléau des organisations hiérarchisées c’est le travail en silo des différents services. Il en résulte une fragmentation de la conscience collective donc de la responsabilité. Souvent pour sauver le système, on entend dire qu’il faut remettre l’Homme au centre de l’organisation. Mais que signifie au fond un management humain ? Pour répondre à cette question, rappelons d’abord que le management est complètement réussi s’il réconcilie Désir (pour le futur) et Plaisir (dans le présent) car nous sommes toutes et tous des êtres de Désir et de Plaisir. Cette réconciliation est à l’œuvre aujourd’hui déjà dans des organisations en réseau où la solidarité renforce l’autonomie (la force collective est au service de l’indépendance de chacun) et l’autonomie renforce la solidarité (le libre engagement de chacun nourrit la force collective). Il parait donc évident que les organisations en réseau sont en train de supplanter les organisations hiérarchiques par la force de leur unité, la puissance de leur cohérence et la fluidité de leur évolution. En management comme ailleurs, la force d’une organisation en réseau réside dans un engagement individuel au service d’une promesse collective. C’est certainement cette alliance entre engagement et promesse qui réconcilie le désir et le plaisir de s’engager dans un projet où l’appartenance collective est au service de l’indépendance de chacun et inversement.

Articles conseillés

Management des organisations : Regard critique sur l’engagement des équipes

En management comme ailleurs, le confort endort ! On le sait tous, le confort est un matelas sur lequel on s’endort alors que la contrainte est souvent  un ressort sur lequel on rebondit. Cette réalité explique que l'intelligence collective s'exprime surtout face aux...

Management, planification et synchronisation : La valse à 3 temps

Plus un système devient complexe et moins il devient prédictible dans le temps. C’est le point commun entre la météo (le temps est de plus en plus incertain) et le management des organisations (prévoir ce qui va se passer dans le temps est de plus en plus difficile)....

Sociologie : Quelques exemples d’évolution des valeurs sociétales

De l’unité à l’unicité : le management de nos vies change de finalité Dans la société, comme dans les entreprises, le polythéisme des valeurs est de plus en plus patent. A l’unité d’hier se substitue en tout et partout l’unicité. Dit autrement, les blocs homogènes se...

Et si nous acceptions enfin l’incertitude !

Nous vivons dans un monde CIA - Complexe, Incertain et Ambigu et c’est pour cela que notre niveau de maitrise devient très relatif. Cette incertitude peut aller jusqu’à la peur : La peur de manquer, la peur de l’étranger, la peur du déclassement, la peur de...

Vers un changement de paradigme des compétences

      Le management des compétences navigue aujourd’hui entre tension et crispation. Le rêve de toute organisation dans une période de changements est de voir une vraie rupture dans la façon de faire et dans la façon d’être de ses collaborateurs. Ce...

Comment bien vieillir malgré tout?

Comment bien vieillir malgré tout ? Regard décalé sur une certaine Sagesse*. Mieux vaut être en travaux plutôt qu’un produit fini ! Voilà une bonne résolution pour bien vieillir. La caractéristique de ce qui est vivant est de se transformer. Le parti pris de la...

Parfums d’été

Parfums d’été Le management, au fond, c’est réaliser des choses extraordinaires à partir de choses ordinaires grâce à des managers à la fois vrais et hors normes. Six parfums composent l’alchimie de ce type de leadership : un parfum de noblesse dans l’intention, un...

Chef, digitalise-moi

Chef, digitalise-moi ! L’Homme est devenu le maillon faible de son espace-temps Le digital est une révolution technologique et un tsunami managérial. Pour la première fois de son histoire, l’homme est en effet devenu le maillon faible de son espace-temps. Ce n’est...

Management des organisations : Réflexion de fond sur le pilotage de la performance

Management des organisations : Réflexion de fond sur le pilotage de la performance En management, comme ailleurs, le problème n'est pas de piloter l’activité à l’aide d’indicateurs clés ou de révolutions technologiques X ou Y. Le vrai problème est de savoir si les...

Peut-on (encore) faire confiance au progrès technologique ?

Peut-on (encore) faire confiance au progrès technologique ? Ce début de XXI siècle est décidément un mélange très tumultueux entre des promesses de progrès inimaginables au XX siècle et des stigmates très persistants du « vieux monde » comme disent certains....

Le management peut-il réinventer l’espace-temps du travail ?

Lieux et liens au travail sont très cloisonnés. Le contrat de travail prévoit un lieu de travail précis mais ne prévoit aucun lien précis entre les personnes sauf des liens hiérarchiques. Le management peut-il réinventer le temps et l’espace économique ?

Dé-chainez-vous !

Dé-chainez-vous, cela fait un bien fou ! La liberté, çà ne se donne pas, ça se gagne… On ne naît pas libre, on n'est pas libre, on le devient et le chemin pour le devenir passe par un difficile et long travail intérieur à mener sur trois voies parallèles : la clarté...

le grand virage des managers

Pourquoi avons-nous besoin de nouveaux managers dans le paradigme en devenir ? La finalité d'une entreprise n'est ni de créer de l'emploi, ni d'enrichir ses actionnaires. La finalité d'une entreprise est de créer de la valeur d'usage et d'enrichir ses savoir-faire....

Management des organisations : Il est temps d’être « politiquement incorrect » !

Management des organisations : Il est temps d’être « politiquement incorrect » ! Technologiquement, on a déjà inventé l’entreprise de demain. Tout le monde peut s’en apercevoir pour le pire et le meilleur. En revanche, humainement parlant, on peine à trouver de...

Sérendipité ou l’art d’avoir de la chance

Sérendipité ou comment saisir les opportunités dans un monde devenu imprévisible ? La sérendipité est un mot à l’histoire singulière. Sur le plan phonétique, il n’a ni le charme ni l’usage commun de son homologue anglais (serendipity). Le sens le plus profond de ce...

Place de l’intuition dans le management des entreprises en période d’incertitude

"Le cœur a ses raisons que la raison ne connaît pas". Cette célèbre citation signifie-t-elle un abandon de la raison, une incitation à une irrationalité ou encore plaide-elle pour un antirationalisme ? Non pas tout du tout. Il ne s'agit pas de cela. Il s'agit juste de...

La FéminiTé, une parfaite illustration des années en Té…qui nous attendent

Chacun le constate au quotidien : Le monde devient turbulent, effervescent voire violent. Nous vivons, irrésistiblement et irréversiblement, le passage d’un monde à un autre. Nous vivons aussi, plus ou moins douloureusement, le passage d’une logique à une autre avec à...

Les big data de la motivation

Big data de la motivation La motivation : un bien précieux en période de saturation La plupart des entreprises et des organisations sont confrontées à  un changement de modèle économique. A ces profonds changements, potentiellement déstabilisants pour les...

(R)évolution des modèles managériaux : Freins et leviers potentiels

(R)évolution des modèles managériaux : Freins et leviers potentiels En management, l’important n’est pas d’exiger mais d’obtenir. Cette nuance doit nous faire réfléchir sur les évolutions à apporter à nos techniques managériales. Cette introduction est d’autant plus...

Intelligence Amplifiée : Va-t-on vers une fusion des cerveaux entre l’Homme et la Machine ?

Intelligence Amplifiée : Va-t-on vers une fusion des cerveaux entre l’Homme et la Machine ? Les nouvelles techniques ne sont ni bonnes ni mauvaises, tout dépend ce que l’on en fait. Au fond, l’utilisation des techniques ne fait que révéler l’humain à lui-même ! Ce...

MPM TV

Abonnez-vous à notre newsletter