Le progrès

vendredi 6 novembre 2020

C’est quand tout va mal (ou presque)…que nous devons repenser la notion de progrès

Une société lassée, désabusée, divisée et fatiguée…mais par quoi au juste ?

Le Progrès au fond se résume souvent dans une tentative de libérer l’Homme de ses principales contraintes. Quand on se repasse le film, on constate ainsi que le XXème siècle a tenté de libérer l’Homme de Dieu par la laïcité, de la fatigue par la technologie, de la réalité par l’idéologie, des inégalités par la justice sociale, du risque par le principe de précaution, de l’ennui par le ludique et le divertissement. Sans nier les aspects positifs de ces tentatives de libéralisation, nous sentons bien que cette logique de progrès s’essouffle et nous étouffe. Au moins depuis la renaissance, la religion « moderniste » postulait que le progrès scientifique entraînerait le progrès technique qui entraînerait le progrès économique qui entraînerait le progrès social qui entraînerait le progrès éthique. Quelques siècles après, le résultat des courses est plus nuancé dirons-nous. Nous vivons en effet aujourd’hui à la fois dans une « société de la peur » et dans une « société du progrès ». Est-ce à dire que le progrès ne nous protège plus ou ne nous éclaire plus ?

Entre progrès et regrets, mon cœur balance

La réponse doit être nuancée en rappelant, que de tout temps, ce n’est pas la roue qui a fait avancer l’humanité. C’est l’usage que l’on en a fait. Le progrès est comme la technique, il n’est ni bon ni mauvais, il dépend de ce que l’on en fait. Cette réalité pose donc très simplement une question cruciale et toujours d’actualité : Le progrès pour quoi faire ? Cette question est d’autant plus légitime lorsque l’on constate :

  • Qu’à l’allongement de la durée de vie répond une certaine tristesse de la vie
  • Qu’au règne de la quantité répond la perte de qualité
  • Qu’à la montée des richesses matérielles répond une certaine misère existentielle (notre vie se vide de sens)
  • Qu’à l’hypertrophie technique répond une certaine atrophie humaine (chômage, homme dépassé, revenu universel…)
  • Qu’à l’inflation de justice sociale répond des inegalités toujours plus grandes
  • Qu’à la multiplication des plaisirs artificielles répond une éradication bien réelle de la joie de vivre

Une société très idéologisée mais un peu fragilisée ?

Face à ces constats vécu dans leur chair par la majorité de nos concitoyens, la notion de progrès commence à être remise en cause. A rebours des années folles, cette remise en cause engendre une époque où la tradition rassure alors que le progrès commence à faire peur. Cela ne veut pas dire que c’était mieux avant. Cela veut juste dire qu’il devient impératif de se remémorer que le progrès aussi est tout relatif. Pour les conservateurs, le progrès c’est quand l’avenir ressemble au passé. Pour les plus pragmatiques, le progrès c’est quand l’avenir est la même chose que le passé mais avec quelque chose en plus. Pour les idéalistes, le progrès c’est quand l’avenir est radicalement différent du passé et du présent. Notons qu’il y a tout de même un point commun à ses trois conceptions du progrès : Elles reposent toutes sur des croyances…C’est même pour cela qu’elles sont toutes des idéologies ! Idéologie, voilà peut-être le mot clé sur lequel nous devons nous réinterroger s’il l’on veut que le progrès soit à notre service et non l’inverse. Bien sûr, il n’est pas question ici de remettre en question la marche en avant du progrès et les nombreux avantages qu’il a apporté et qu’il apportera encore. Il s’agit plutôt de s’interroger sur le cadre dans lequel le progrès a été pensé pour mieux le renouveler et l’adapter à notre époque.

En effet, depuis les grandes révolutions industrielles, le progrès était lié à l’idée que demain sera mieux qu’aujourd’hui quantitativement parlant grâce à la fameuse croissance. Cette notion de quantité explique la raison pour laquelle tout se mesure, tout se pèse, tout se compare…Le progrès de demain devra faire avec une autre croissance pour tenir compte des défis écologiques, de la raréfaction de toutes les ressources non renouvelables, du réchauffement climatiques et de l’explosion démographique de ces cent dernières années. A l’évidence, il devient vital de redéfinir l’idée de progrès en disant que demain sera mieux qu’aujourd’hui qualitativement parlant. Cette notion de qualité sera la raison pour laquelle tout devra s’apprécier sans forcément se mesurer, se peser ou se comparer. Le XXIème devra être un siècle qualitatif s’il ne veut pas être le siècle de trop pour l’ensemble de l’humanité.

Et si on essayait la voie du Moins Mais Mieux !

Pour la notion de progrès comme pour d’autres, passer d’une approche quantitative à une approche qualitative nécessite de bien comprendre l’adage :  Moins Mais Mieux ! Consommer moins de progrès mais le consommer mieux, voilà certainement le profond changement d’état d’esprit sur lequel nous devrons travailler individuellement et collectivement dans les décennies à venir. Traditionnellement ces réflexions divisent les progressistes et les conservateurs mais quand on doit changer de paradigme tout cela vole en éclat car la tradition et le progrès doivent fusionner pour inventer autre chose ! En 2020, nous en sommes (presque) à ce moment-là ! En effet, nous vivons une époque où pas mal de choses ont besoin de s’effondrer pour se reconstruire et se réinventer…Cela a toujours existé et s’appelle la destruction créatrice. Dans une telle période, les pires ennemis du progrès sont ceux qui souhaitent profiter de l’effondrement (les charognards de tout bord) et ceux qui ont tout à perdre dans l’effondrement (les profiteurs du système qui s’accrochent à leurs privilèges).

Comment appréhender de nouveau positivement la notion de progrès ?

C’est donc aux bâtisseurs de combattre à la fois les charognards et les profiteurs en commençant par rappeler haut et fort ceci : La technologie doit amplifier l’humain mais ni le remplacer, ni le soumettre, ni l’hypnotiser, ni le tétaniser. La technologie n’est ni bonne ni mauvaise, elle dépend de ce que l’on en fait. Face aux immenses défis qui nous attendent et qui ont été rappelé plus haut, le progrès ne peut plus se contenter d’être une peinture que l’on plaque sur le mur avec les technologies du moment. Economiquement, la caractéristique de notre époque est la cohabitation de puissants moyens de production (de biens et de services en tout genre) générant une faible production de débouchés pour les jeunes et d’emplois pour tous. C’est dans ce décalage vécu et subi par un nombre croissant de personnes que se situe la guerre larvée entre progrès et humanisme. Les fondations d’une époque se trouvent parfois bien plus dans les traditions que dans les innovations. Alors faisons attention que le progrès ne nous plaque au mur ou ne nous mène pas dans le mur en martelant : le progrès oui bien sûr… mais le progrès pour quoi faire ?

Pour conclure rappelons ce fait

Au XX siècle, on nous a promis que la technologie allait nous soulager des taches les plus difficiles. En réalité, on a jamais été aussi lassé voire même fatigué. Au XXI siècle, on nous promet que la technologie va nous augmenter. Mais quelle sera la réalité cette fois ci ? Pour que cette fois ci la surprise soit plus agreable, esquissons une raison d’etre pour le progrès pour nos enfants et petits-enfants : Le progrès doit se remettre dans les décennies à venir au service de ce qui est sacré. En effet, ce qui s’efface le plus dans les « périodes chaotiques » c’est le Sacré. Quand plus rien n’est sacré, plus rien n’est respecté ! Ce déficit du sacré est le reflet des doutes et des troubles qui submergent la fin de notre époque. 

 

Articles conseillés

Management des organisations : Il est temps d’être « politiquement incorrect » !

Management des organisations : Il est temps d’être « politiquement incorrect » ! Technologiquement, on a déjà inventé l’entreprise de demain. Tout le monde peut s’en apercevoir pour le pire et le meilleur. En revanche, humainement parlant, on peine à trouver de...

Place de la raison dans le management des entreprises en période d’incertitude

"Le cœur a ses raisons que la raison ne connaît pas". Cette célèbre citation signifie-t-elle un abandon de la raison, une incitation à une irrationalité ou encore plaide-elle pour un antirationalisme ? Non pas tout du tout. Il ne s'agit pas de cela. Il s'agit juste de...

La FéminiTé, une parfaite illustration des années en Té…qui nous attendent

Chacun le constate au quotidien : Le monde devient turbulent, effervescent voire violent. Nous vivons, irrésistiblement et irréversiblement, le passage d’un monde à un autre. Nous vivons aussi, plus ou moins douloureusement, le passage d’une logique à une autre avec à...

(R)évolution des modèles managériaux : Freins et leviers potentiels

(R)évolution des modèles managériaux : Freins et leviers potentiels En management, l’important n’est pas d’exiger mais d’obtenir. Cette nuance doit nous faire réfléchir sur les évolutions à apporter à nos techniques managériales. Cette introduction est d’autant plus...

Intelligence Amplifiée : Va-t-on vers une fusion des cerveaux entre l’Homme et la Machine ?

Intelligence Amplifiée : Va-t-on vers une fusion des cerveaux entre l’Homme et la Machine ? Les nouvelles techniques ne sont ni bonnes ni mauvaises, tout dépend ce que l’on en fait. Au fond, l’utilisation des techniques ne fait que révéler l’humain à lui-même ! Ce...

Le travail et nous en 2021 : Quelques éclairages sur une relation ambiguë

Dans 50 ans, travaillera-t-on encore ? En 1945, 60% de la population était rurale et travaillait dans les champs. Aujourd’hui moins de 2% de la population active est nécessaire pour nourrir les 98% restant. Les progrès techniques, l’automatisation, la mise en place...

2021, l’année en Té ?

2021 sera-t-elle l’année des opportuniTés ? Peut-être ! Alors, petit tour d'horizon de ce qui pourrait nous attendre ! Té comme CompléxiTé  La complexité, parce qu'elle induit de l'imprévisibilité, engendre une incertitude croissante. La seule réponse à cette...

La digitalisation : Une échasse pour une intelligence augmentée ou une béquille pour une humanité diminuée ?

La digitalisation : Une échasse pour une intelligence augmentée ou une béquille pour une humanité diminuée ? Une époque c’est d’abord un contexte technologique ! Comme toujours, l’éthique d’une époque doit se contextualiser au travers de ses révolutions...

Le Kit Spécial Déconfinement pour bien vivre avec le coronavirus et après !

A propos de notre autonomie… Comme dirait l’autre, l’anxiété est l’anticipation de quelque chose qui ne va probablement pas arriver. Nous sommes tous dans cette forme d’incertitude. Personne ne sait quand ni comment ce confinement cessera. Et la société d’aujourd’hui...

Le progrès

C’est quand tout va mal (ou presque)…que nous devons repenser la notion de progrès Une société lassée, désabusée, divisée et fatiguée…mais par quoi au juste ? Le Progrès au fond se résume souvent dans une tentative de libérer l’Homme de ses principales contraintes....

Management des organisations : Ce n’est pas une révolte chef, c’est une révolution !

Management des organisations : Ce n’est pas une révolte chef, c’est une révolution ! Mais qu’est ce qui arrive aux managers ? Sauf exception, plus une entreprise devient grande, plus elle est orientée vers des résultats à court terme, plus elle devient bureaucratique...

Employabilité : Prêt pour le monde d’après ?

Employabilité : Prêt pour le monde d’après ? La crise du coronavirus accélère la mutation du marché du travail En termes d’employabilité, le sujet du télétravail a sans aucun doute dominé les débats ces derniers temps mais il n’est au fond que l’écume du vrai sujet....

Le monde d’après : Une promesse éternelle une fois encore recyclée ?

Le monde d’après : Une promesse éternelle une fois encore recyclée ? La sidération de l’ensemble des gouvernements mondiaux devant la pandémie du coronavirus a mis en lumière deux choses inerrantes à l’économie mondialisée dans laquelle nous baignons. La première de...

Quelques interrogations à propos du monde d’après…

Quelques interrogations à propos du monde d’après… La nostalgie et l’utopie sont les deux grands pièges à éviter pour créer le monde de demain.  Réfléchir sur le monde d’après, c’est donc partir du monde d’aujourd’hui pour dépasser et transcender ses limites. Cet...

Qu’est ce qui nous arrive ? Eléments de réponse éclairés par les évènements en cours

Qu’est ce qui nous arrive ? Eléments de réponse éclairés par les évènements en cours En temps de crise, seules la force du bateau et la virtuosité du capitaine comptent La crise du coronavirus est une véritable radiographie de notre pays en révélant ce qu’il contient...

Le Kit Spécial Confinement : Un outil pratique pour favoriser et faciliter la vie d’après

A propos de notre autonomie… Comme dirait l’autre, l’anxiété est l’anticipation de quelque chose qui ne va probablement pas arriver. Nous sommes tous dans cette forme d’incertitude. Personne ne sait quand ni comment ce confinement cessera. Et la société d’aujourd’hui...

Organisation du travail en réseau : Mode d’emploi, avantages et pièges à éviter

Le réseau c’est le lien « si je veux ! » Un réseau est souvent un lieu où convergent et interagissent des hommes et des femmes qui se connectent utilement souvent avec audace et ferveur. Evidemment ces caractéristiques séduisent de plus en plus de professionnels...

La grande dislocation des systèmes hiérarchiques : dissection et explications

La grande dislocation des systèmes hiérarchiques : dissection et explications Une simple constation pour commencer La devise des pionniers est la suivante : La majorité des gens seront d’accord avec moi mais plus tard ! Appliquée au management des organisations, cette...

Devenir soi et pleinement soi : Mise en perspective…

Devenir soi et pleinement soi : Une route à tracer Anthropologiquement,  si notre époque avait une signature ce serait à coup sûr : Devenir soi et pleinement soi ! Nous sommes plus que jamais épris de liberté et de singularisation. Avoir la possibilité de choisir sa...

Petit florilège des grandes maladies du management

Petit florilège des grandes maladies du management Les entreprises, comme les êtres humains, peuvent souffrir de troubles de la personnalité. Les plus graves sont : La schizophrénie : l’entreprise est déchirée entre les injonctions paradoxales dues à un contrôle accru...

MPM TV

Abonnez-vous à notre newsletter